Ryzom
Amazones Matis

De EncyclopAtys

en:Hamazans of the Dead Seed
fr:Amazones Matis
Rubber-Stamp-Lore choix H.png
Ambre: Tribus d'Atys
Un cœur noir renversé et orné d'un symbole féminin.

Les Amazones Matis
Hamazanscamp.jpg
Continent Pays Malade
Région Bosquet Vierge
Race(s) Homines Matis
Faction Kamisme jenaïste
Notables voir Membres de la tribu ᐉ
Amis
Ennemis

Les Amazones Matis forment une tribu matriarcale autonome.

Campement

Flanqué de quatre tours de guet, le campement se situe au sud de la Main de Jena, près de l'étang vierge, au cœur du Bosquet Vierge. Il comporte quatre tentes traditionnelles Matis. Au pied d'un totem, un ambassadeur Kami observe les Amazones.

Armoiries

Un cœur noir renversé et orné d'un symbole féminin.

Membres de la Tribu

Toutes les Amazones Matis sont des homines Matis de sève.

Aux postes stratégiques de leur campement se trouvent :

  • Tinaera Rosirello, Cheffe
  • Liera Rosti, Officier tribal des Avant-postes
  • Girgia Sisti, Hôte d'accueil
  • Liera Rozzo, Fournisseur des Frontières
  • Girgia Sisi, Contremaître
  • Chiaera Rosisi, Prospectrice postée à proximité du camp
  • Miaera Antolli, Chasseresse parcourant la région


Une Zoraï et une Matis sont connues pour être affiliées à la Tribu :

  • Hon Ma-Seng, Patrouilleuse parcourant la région
  • Viccia Ligno, Compagnon artisan postée au sud du camp


Les précédentes Cheffes des Amazones :

  • Lindae Silli, Cheffe de 2504 à 2525, mort inconnue


D'autres Amazones célèbres :

  • Zendae, Maître d'Armes mandatée par le Royaume depuis 2581

Uniforme et équipement

Les Amazones Matis se colorent les cheveux à l'aide d'une teinture auburn de leur fabrication et portent des tenues à dominante rouge et verte. Elles arborent une armure Modi Parok, ou une tenue Kara Wiva, rouge au niveau des bottes, des gants et du gilet et verte au niveau des manches et du pantalon. Leur passé de combattantes-mektoubières explique leur maîtrise de la grande épée Modi Slathe et de la lance Modi Palor - qu'elles associent désormais à la rondache Modi Wod - ainsi que leur propension pour le tir au fusil-arbalète Polta. Elles sont toutefois entraînées à manier tout type d'armes.

Relations

Les Amazones Matis se considèrent comme les Sœurs de la Déesse Jena. Elles s'appellent d'ailleurs "Sœur" entre elles. Elles vouent leur existence à s'approprier les armes mystiques et à perfectionner leurs techniques martiales en vue de leur ultime combat au côté de la Déesse lors du Delesdeshye, le jour de vérité.

La tribu est plutôt méfiante envers les mâles en général, qu'elle considère comme inférieurs par nature.

Les Amazones entretiennent des liens d'amitié avec leur peuple d'origine, les Matis, qu'elles accueillent avec plaisir dans leur camp du Bosquet Vierge.

Les Zoraïs trouvent également grâce à leurs yeux. Comme par le passé, elles les aident volontiers lorsqu'ils font appel à leurs services de mercenaires. Elles prennent garde de ne pas les froisser pour ménager cette principale source de revenus. Pour elles, l’honnêteté des Zoraïs est aussi bien un motif d'admiration qu'un signe de naïveté.

Elles adoptent une attitude neutre vis-à-vis des Fyros. Bien qu'ils aient souvent défié le Royaume, leur société profondément paritaire leur semble digne de respect.

Elles considèrent les Trykers mâles en liberté comme des êtres sournois enclins à la kleptomanie et aux manigances mais elles reconnaissent que lorsqu'ils acceptent leur condition d'esclaves, ils savent se rendre utiles.

Les Kamis ont apprécié leur engagement dans la lutte contre la Goo. Un ambassadeur Kami a même été envoyé pour assurer la résurrection des Amazones tombées au combat. Cependant les Amazones ne se sont pas converties à l'Ordre de Ma-Duk et perpétuent obstinément l'ancien culte Kamiste jenaïste.

Les Amazones Matis adoptent une attitude neutre vis-à-vis de la Karavan, la puissante alliée du Royaume. Elles utilisent à l'occasion le service de téléportation de la Karavan et n'ont pas de scrupules à travailler pour les tribus affiliées à cette Puissance.

Histoire

Sur les Anciennes Terres, le Royaume de Matia s'organisait en castes. La naissance déterminait la place de chacun dans la société. A l'origine, les homines n'y possédaient aucun droit et devait obéissance à leur père puis à leur époux. Les castes influentes leur étaient fermées. Il était établit, depuis que la Déesse s'était adressée au premier souverain Matis Zachini, que le Roi était l’Élu de Jena et son représentant sur l’Écorce. Si certaines homines étaient insatisfaites de leur condition, elles se gardaient bien d'en faire état publiquement sous peine d'être perçues comme déloyales envers le Roi et l’Église de la Lumière.

Lorsque la Sainte Cité de Karavia, joyau du Royaume, fut envahie par l'Empire Fyros, ses habitants qui n'avaient pas péri ou fui lors de l'assaut vécurent sous l'occupation impériale. Leur quotidien de dur labeur, de brimade et d'insécurité mirent leur foi à l'épreuve. Les homines n'étaient pas épargnées. La société Fyros était paritaire et les homines Matis y prirent leur part, exceptées les prisonnières de haut rang qui, dans l'ombre, attisèrent un esprit de révolte chez certaines jeunes filles nées sous l'occupation. Celles-ci parvinrent à s'enfuir à dos de mektoub, guidées par une jeune palefrenière de Karavia, la pugnace Frezza Paloma. De retour au sein de leur peuple, elles eurent l'audace de se proclamer libres, à l'image de la Déesse. Leurs déclarations remettaient en question la sainteté de la Karavan et le bien-fondé du carcan patriarcal qui régissait alors la société Matis, si bien qu'elles furent emprisonnées.

Avec l'aide d'une nouvelle partisane, les prisonnières parvinrent à s'évader, mais le Royaume, voyant d'un très mauvais œil leur influence sur la gente homine, continua de les traquer. Contre toute attente, fortes de leur conviction et de leur foi, elles s'avérèrent de redoutables guerrières. Réprimées par les autorités royales, elles n'eurent d'autre choix que de se battre pour survivre. Les Amazones étaient nées, symbole d'émancipation de l'homine dans une société Matis où il était difficile d'échapper à la caste à laquelle nous destinait notre naissance. Leur légende les précédait désormais et la graine de l'émancipation commençait à germer dans l'esprit des Matis. Qui étaient donc ces homines qui montaient à mektoub, portaient les armes et mettaient en déroute les soldats royaux chargés de les faire rentrer dans le rang ?

Le Roi Aniro III ambitionnait de restaurer la grandeur passée du Royaume de Matia. Mais, pour réaliser ses projets, il lui fallait au préalable ramener la paix sur ses terres en assujettissant les Amazones rebelles, désormais trop populaires pour les annihiler. Il envoya donc le Duc Gioni di Tylini combattre les homines guerrières. Les combats firent rage mais le Duc Noir parvint avec ses troupes à encercler les Amazones près de la ville de Thormes. La bataille qui s'en suivit marqua l'Histoire. Quand le Duc obtint finalement la victoire, en tuant leur cheffe Frezza Paloma, les Amazones furent contraintes de jurer fidélité au Roi. Toutefois, même si elles avaient perdu cette bataille, les Amazones étaient sur le point de remporter un tout autre combat. Effectivement, en montrant à tous que les homines pouvaient oser prétendre à des castes qui leur étaient jusqu'alors interdites, elles venaient d'amorcer une évolution qui allait progressivement améliorer la condition des homines dans la société Matis toute entière.

Les Amazones formèrent le premier contingent féminin de combattants-mektoubiers durant les guerres que mena Aniro III pour reconquérir la Cité Sainte de Karavia et envahir les Lacs de Trykoth. Elles s'illustrèrent au combat et réduisirent en esclavage de nombreux Trykers, uniquement mâles, leurs idéaux leur interdisant d'avoir des esclaves de sexe féminin. Plus que leur foi, c'est leur engagement pour le droit des homines qui bouleversa l'ordre social Matis. Leur exemple permit à de nombreuses homines de prendre à leur tour leur place dans cette société en mutation. Jamais leur détermination ne faiblit et de conquêtes en batailles, les Amazones participèrent à écrire une nouvelle page de l'Histoire du Royaume. Lorsque, de nombreuses années plus tard, le Royaume se reconstitua sur les Nouvelles Terres, la société Matis avait profondément évolué.

Le Premier Grand Essaim coûta la vie à de nombreuses Amazones. Les survivantes suivirent leur peuple jusqu'aux arcs-en-ciel et se réfugièrent dans les Primes Racines où elles cohabitèrent avec des homins de toutes origines. Sous la guidance de la fervente Rosibre Norello, elles se convertirent au Kamisme jenaïste professé par les Zoraïs. Selon ces derniers, la volonté de la Déesse n'était pas dispensée par l’Église mais devait s'appréhender en suivant sa propre voie vers l'Illumination. Leur conversion constituait la continuité de leur émancipation.

Le règne de Yasson marqua l'aboutissement des réformes provoquées par les Amazones. A sa demande, la Guilde de Karavia, rassembla les guerrières d'élite du Royaume. Mais si les homines avaient enfin pu trouver leur place légitime au sein du Royaume, c'était de moins en moins le cas des Amazones. En effet, ce n'était plus leur statut d'homines qui les différenciaient mais leur foi Kamisme jenaïste, et celle-ci était fortement réprouvée. Leurs autels furent interdits dans l'enceinte des villes et lorsque Jinovitch s'empara du trône des Sommets Verdoyants, il condamna Rosibre Norello au bûcher pour hérésie et les autres Amazones furent bannies.

Les Amazones formèrent une tribu matriarcale autonome et trouvèrent refuge au Pays Malade, où le Grand Masque Fung-Tun venait de réinstaurer le Kamisme jenaïste comme culte officiel de la Théocratie. Fung-Tun légiféra pour permettre aux Amazones de poursuivre leurs pratiques esclavagistes et les employa comme mercenaires pour lutter contre la tribu des Maîtres de la Goo. La guerre opposant les deux tribus fit rage durant deux ans. A la faveur d'une de ces batailles, les esclaves des Amazones s'évadèrent en emportant des armes et des mektoubs. Ils se dissimulèrent dans les broussailles de la Jungle et fondèrent la tribu des Trafiquants des Ombres, devenant les fournisseurs d'armes des tribus avoisinantes.

Lorsque le pacte les unissant à la Théocratie prit fin, avec l'arrivée au pouvoir du Grand Masque Mabreka Cho, les Amazones étaient parvenu à repousser les Maîtres de la Goo hors du Bosquet Vierge. Fortement attachées à cette région, elles décidèrent d'en conserver le contrôle. La Théocratie toléra cet état des choses, préférant se concentrer sur la lutte contre la Goo plutôt que d'affronter les Amazones. Bien que la tribu des Amazones continuât de remplir divers contrats pour la Théocratie, son activité de mercenariat se diversifia suite à l'implantation, dans le Bosquet de l'Ombre, de la tribu du Cercle Noir. Ce dernier prit, en effet, l'habitude d'organiser régulièrement de mystérieux convois à destination de la Tribu Matisagoo située à la Masure de l'Hérétique et engagea occasionnellement les Amazones pour assurer leur protection.

Les Amazones ne tardèrent pas à renouer avec la couronne Matis. Lorsque le Prince Yrkanis et ses plus fidèles partisans trouvèrent refuge au Pays Malade, les Amazones le rencontrèrent et lui firent part de leur souhait de voir cesser les persécutions au nom de l’Église de la Lumière. L'Histoire leur donna raison.

Chronologie

  • 2431 - De jeunes homines Matis originaires de Karavia parviennent à fuir de la Sainte Cité occupée par l'Empire. S'imaginant triomphantes à leur retour parmi les leurs, elles déchantent vite face à l'opprobre que leur vaut leur apparence et leurs idées. Elles deviennent fugitives et forment un groupe de guerrières rebelles Matis : les Amazones. Ces homines trouvent dans ce nouveau mode de vie une manière de s'émanciper du carcan patriarcal qui régit le Royaume Matis.
  • 2434 - La Bataille de Thormes oppose les troupes royales, menées par le Duc Gioni di Tylini, aux Amazones. Celles-ci sont vaincues et assujetties. En intégrant le Royaume, elles génèrent une révolution des mœurs. Ce ne sont pas leurs croyances qui en sont la cause mais leur statut sans précédent d'homines guerrières.
  • 2435 - Les Amazones forment le premier contingent féminin de combattants-mektoubiers, lors de la prise de Karavia puis de l'invasion de Trykoth. Elles se démarquent par leur habileté et réduisent en esclavage de nombreux Trykers, uniquement mâles.
  • 2481 - Le Premier Grand Essaim amène les Amazones survivantes à rencontrer des Zoraïs parmi les réfugiés des primes racines. A leur contact, les Amazones se convertissent au Kamisme jenaïste.
  • 2486 - Perte d'influence des Amazones au profit de la Guilde de Karavia, nouvellement créée.
  • 2499 - La Guerre d'Automne : Les Amazones Matis combattent dans l'armée de Yasson pour conquérir les Lagons de Loria.
  • 2504 - Jinovitch condamne les Amazones au bannissement pour hérésie. Formation de la Tribu des Amazones Matis. Le Grand Masque Fung-Tun rétablit le Kamisme jenaïste comme religion officielle du peuple Zoraï et facilite l'installation des Amazones dans le Bosquet Vierge en légiférant pour leur permettre de poursuivre leurs pratiques esclavagistes. Il les emploie comme mercenaires pour lutter contre les Maîtres de la Goo.
  • 2505 - Lors d'un raid des Maîtres de la Goo sur le camp de la tribu des Amazones, leurs esclaves s'enfuient en emportant des armes et des mektoubs et se dissimulent dans les broussailles de la Jungle. Ils fondent leur propre tribu de Trafiquants des Ombres.
  • 2506 - Les Amazones sont parvenu à repousser les Maîtres de la Goo hors du Bosquet Vierge. Mabreka Cho devient Grand Masque et met fin à l'accord entre la Théocratie et les Amazones mais ces dernières décident de conserver le contrôle de leur région.
  • 2507 - Le Cercle Noir, une nouvelle tribu du Bosquet de l'Ombre, s'offre occasionnellement les services de mercenaires des Amazones pour escorter leurs convois.
  • 2509 - Yrkanis et ses disciples trouvent refuge au Pays Malade. Les Amazones Matis rencontrent le Prince et lui expriment leur souhait qu'il fasse cesser les persécutions.
  • 2512 - Yrkanis engage les Amazones pour combattre sous sa bannière les troupes de Jinovitch dans la région lacustre de Jino Waters.

Chroniques

Les trafiquants de l’ombre, questionnaire soumis à des trafiquants,vers 2525.


Last version 2018-09-18•