Ryzom
Zagh

De EncyclopAtys

 
Uncompleted.png
Cette page est inachevée.
Ce qui suit est est en construction ou à compléter. Pour aider l'Encyclopatys, Discutez-en ou améliorez-la !.


Zagabranth
Ganancioso
Avatarzagh.png
Guide d'Alkiane
Guilde Alkiane
Rang Ancien Guide de l'Ordre
Race Matis
Nationalité Matis
Culte Karavan
Matis
Karavan
Maison
Maison
Organisation
Organisation

Prologue HRP : Temporalité

Pour des raisons de cohérence du background, la période non jouée de 2012 à 2015 (2570 à 2584 en date Atysienne), justifiée dans la biographie par l'exil de Zagh, n'est pas comptée en termes de vieillissement du personnage.

Biographie

Enfance

Zagh est né dans une petite famille bourgeoise de notables d'Avalae le vingtième jour de Floris du quatrième cycle de l'année 2526 de Jena. Il grandit dans une oisiveté confortable aux côtés de sa coeur cadette Elania jusqu'à ses 16 ans. On remarqua dès son enfance, le caractère très ambitieux de Zagh, notamment à l'école où il excellait pour se faire élire représentant de classe puis représentant des élèves de son école. Ses professeurs et ses parents reconnaissaient qu'il avait, pour son âge, l'éloquence d'un adulte et la capacité de convaincre beaucoup de monde avec les bons mots. Cependant cette enfance douce et agréable commença à se gâcher lorsque le père de Zagh fut mystérieusement retrouvé, à la lisière de la forêt entourant Avalae, d'un empoisonnement foudroyant paraît-il. Dès lors, les rentrées d'argent ont été bien amoindries et la vie fut plus dure. La mère de Zagh redoublait d'effort pour maintenir une vie descente à ses deux enfants malgré une dépression qui l'emporta elle aussi. Mais, à 17 ans, face à la ruine de sa famille, et seul depuis le suicide de sa soeur, Zagh décida de changer de cap. Il parti tenter sa chance à Yrkanis.

Premiers pas d'adulte

Lors de son séjour à Yrkanis, il aperçu une foule, chacun ou presque portant sur leur vêtements des blasons. Les fameuses Maisons du Royaume Matis. Au centre de la foule se tenait le botaniste royal, inquiet, terriblement soucieux. L'eau de la rotoa de la serre avait été empoisonnée et la fleur dépérissait. Entrainé par la foule, Zagh se fit embarquer par une troupe de jeunes de toutes les nationalités arborant le blason du Cercle des Immortels pour sauver la rotoa. Lorsque l'affaire fut finie, la Maison dirigée par la matis Walkyrianne lui proposa de l'intégrer. Zagh y vit une opportunité de monter dans l'échelle sociale d'Yrkanis et accepta sans hésiter. Les mois s'écoulèrent et grâce à sa personnalité et son éloquence, Zagh fut promu officier supérieur de la Maison, bien qu'elle avait de plus en plus de mal à subvenir aux dépenses d'une Maison du Royaume. Il y découvrit aussi dans cette Maison, son premier amour, Milonia, qui disparut dans le plus grand des silence. Fréquentant les homins et homines d'autres Maisons, il rencontra Nolween qui fut l'Aimée de Zagh des années. Voyant la fin arriver pour le Cercle des Immortels, Zagh se renseigna auprès des Fallen Angels, la Maison de son Aimée, mais postula finalement chez la Cohorte d'Yrkanis au quatrième cycle de 2545 du fait de sa plus grande renommée. Ce fut d'ailleurs sa plus grande erreur. Fidèle à son caractère, il tint tête au chef de la Cohorte, Radamanthe, mais son éloquence habituelle lui fit défaut. Zagh dut faire ses bagages dans l'heure qui suivit. Dès lors, Zagh commença une vie sommaire, veillant toujours à apporter de l'argent à sa famille. Il avait réussi à économiser une petite fortune, suffisamment de dappers pour ouvrir sa propre Maison, qu'il nomma Alchimia, mais elle resta bien vide et ouverte peu de temps. Des mercenaires, Les Disciples de Bremmen, menés par la tryker Makita le repéra alors qu'il était en escale à Zora au deuxième cycle de 2546. Il s'enrôla, quittant sa patrie et coupant tous les ponts avec le Royaume et sa famille. Il ne garda que Nolween dans son coeur et à ses côtés, où ils vécurent un temps dans un bungalow de Windermeer. Lors d'une dispute interne entre les mercenaires, le clan implosa. Nolween décida de retourner dans le Royaume, proche de ses frères d'armes les Fallen Angels. Zagh, quant à lui, orchestra son retour de manière à pouvoir faire anoblir sa personne et sa nouvelle Maison, l'Ordre de Matia, lors d'une cérémonie du troisième cycle de 2547, dans le but de participer aux Chambre des Nobles. La tentative échoua car la Maison était trop jeune. Zagh n'en resta pas là, il se dévoua à la famille Royale pour être en odeur de sainteté et se faire anoblir par mérite. A la fin du mois de Floris du quatrième cycle de l'année 2549 de Jena, Nolween apprend à Zagh qu'il va être père.

Anoblissement

L'anoblissement de Zagh s'est fait au mérite vers 2548. Il participa activement au sauvetage de la Reine Lea, enlevée par les maraudeurs. L'Ordre de Matia était en crise, tout comme Zagh avec les Suivants de la Karavan mais ne laissa rien transparaître. Il s'agenouilla devant Yrkanis Karan, qui l'adouba avec la pique vivante royale, encore ensanglantée par le sang d'Akilia Tempête des Cendres. Quelques temps plus tard, il accédait pour la toute première fois à la Chambre des Nobles. Ce nouveau rang social s'accompagna d'un autre évènement, Zagh allait être père et se rendant compte de l'importance sociale à laquelle il venait d'accéder et aux risques potentiels que son Aimée, alors enceinte, encourait, il décida qu'à la naissance, il cacherait l'identité de l'enfant afin qu'on ne puisse pas se servir de lui comme d'un moyen de pression. Nolween mis donc au monde un garçon le vingt-sept de Winderly du premier cycle de l'année 2550 de Jena. Il paya gracieusement une tutrice pour le nourrir, l'envoyer dans les grandes écoles et l'entretenir jusqu'à la majorité et alla manipuler le registre des naissances pour que son fils porte le nom de la tutrice. Nolween dans le désespoir de perdre son fils, mit fin à la relation qu'elle avait avec Zagh, geste qu'il ne comprit jamais. Il noya d'abord sa tristesse dans la débauche avant de tourner le dos à Jena, pensant que la Déesse n'avait rien fait pour sauver son couple. Il abandonna l'Ordre de Matia et s'exila un temps chez les Matis Arides où il créa Les Traqueurs, une Maison Matis sans attache religieuse. Le temps usa le coeur de Zagh si bien qu'il devint froid et indifférent. Il ne se concentra plus qu'alors à son travail de Noble.

Carrière politique

La carrière politique de Zagh commença peu de temps après son anoblissement. La fréquence des Chambres vacillait et sous son impulsion, vers 2550, il su redonner une cadence normale aux Chambres. Zagh était dans son élément plus que jamais. Il avait de plus en plus de responsabilités. Il devint le premier Ambassadeur Matis à destination de la Fédération Tryker. Bien qu'il n'en tint pas trop correctement son rôle. Il fini aussi par seconder le Conseiller Royal Rodi, à chaque Chambre. Jusqu'à l'apogée, la promotion à deux reprises consécutive de Greffier Royal. Zagh avait pris la revanche sur sa vie, il était devenu l'un des plus puissants Matis du Royaume. Ceci-dit, la prise de pouvoir de Zagh, couplée à son caractère ambitieux a poussé à l'extrême son orgueil et son avarice. Zagh, le coeur brisé depuis que Nolween l'avait abandonné, compensait la perte de son Aimée par le pouvoir, si bien que du loyal sujet du Roi Yrkanis, il devint au fil du temps un profond suivant du Jinovitchisme, jusqu'à manigancer une révolution dans le Royaume afin de gravir de nouveaux échelons dans la société Matis. La carrière politique de Zagh trouva son apogée lorsqu'il était membre d'Alkiane puis de la Maison Fille d'Alkiane, Ferya Filira et se termina brutalement en 2562, lorsqu'il tenta de se donner la mort dans ses appartements.

Carrière militaire

La carrière militaire de Zagh n'est en rien fabuleuse. Il a toujours su se trouver un homin pour se prendre les coups à sa place, évitant de facto les affronts physiques au maximum, sauf lors de la Guerre où il protégea de toute ses forces, malheureusement en vain, le Royaume et le Karin. Zagh n'a pas été non plus un matis stable, il visita nombre de Maison, en créa quelques unes également où il trouva un acolyte tryker, Liinkin. D'après les registres ce n'est pas moins de sept Maisons qui accueillirent Zagh et son nom figure comme propriétaire de Maison sur quatre Maison Matis.

Mort présumée

Zagh attenta à sa vie en 2562, lors de l'invasion Kitin. Craignant d'être dénoncé par Azaen, il préféra rejoindre Jena avant que ses frères de sang le juge et surtout qu'Aylia, une douce matis d'Alkiane qui avait su réparer le coeur endolori de Zagh, sache le fin mot de l'histoire de la révolution menée par Azaen. Il ordonna à la tutrice de son fils de le rejoindre pour qu'elle prenne les derniers mots qu'il allait rédiger et de glisser le document dans le sac de l'enfant avant son suicide. A son arrivée, la tutrice vit Zagh gisant au sol, le bas du parchemin était tâché de sang. Elle appliqua le dernier souhait du Noble comme convenu mais prit la peine de charger son corps dans une charrue, rejoignît avec le fils de Zagh le mouvement d'Exode. Sur le chemin de l'Exode, la tutrice paya de sa vie pour protéger le jeune matis. L'important, comme indiqué dans le dernier souhait de Zagh, était que l'enfant survive.

Descendance

Zagh n'eut qu'un enfant, un garçon, et ce fut avec Nolween. Il le cacha aux yeux de tous si bien qu'aujourd'hui il porte le nom de sa tutrice. Il s'appelle Antonino Maestoso. Il aurait aujourd'hui une vingtaine d'années.

Réapparition miraculeuse

Le 21 Pluvia du deuxième cycle de l'année 2583, Zagh foula à nouveau la capitale Matis. Après s'être remis de sa tentative de suicide, certainement grâce l'intervention de Jena, il passa comme le reste de l'hominité des années dans les primes racines. Au retour à la surface, à Pyr, il se précipita vers la Source Cachée, se réfugier proche d'où se trouvait les Matis Arides, dans un abri de fortune. Honteux de ce qu'il avait commit, il entreprit une retraite spirituelle pour retrouver la foi en Jena et en la Royauté, loin de ses démons passés. Une fois prêt, il se dirigea vers Yrkanis en espérant que son erreur serait pardonnée. Il y retrouva la serae Aylia et son fils, maintenant adulte, Antonino. Alkiane était aussi présente, bien que dans un état précaire. Peu de temps après son retour il hérita du poste de Guide de l'Ordre Alkiane.

Le Mouvement d'Azaen

Le Mouvement d'Azaen fut un mouvement révolutionnaire orchestré en coulisse par Zagh, et mené publiquement par Azaen. Ce fut un mouvement Jinovitchiste qui avait pour but de placer Stevano sur le trône de manière forcée en se débarrassant d'un Roi Yrkanis vieux et trop indulgent. La révolution selon Zagh se voulait non violente. Tout devait se passer par l'éloquence de Zagh en secret et d'Azaen devant tous. Azaen a cependant rompu le contrat qui liait les deux Nobles. Aucune agression physique ne devait avoir lieu dans cette révolution. Dès lors Zagh devait continuer sa révolution mais aussi jouer un double jeu contre le Mouvement d'Azaen qui était devenu une force de révolte indépendante, et surtout folle et dangereuse.

Dernières traces de Zagh au Second Grand Essaim

On retrouva ce message daté d'y il y a quelques cycles dans la besace d’un jeune matis lors de l’exode vers le camp de réfugiés. Il s'agit de la seule preuve de l'existence et du suicide de ce Noble matis après le second grand essaim.

Avalae, Borea, Davae, Miani, Natae, Nistia, Rosillio, l’ancienne Silan, Stalli, et Yrkanis la Majestueuse, pour ne citer qu’elles, ces villes des nouvelles terres, ces villes du renouveau Matis. Elles sont la preuve de notre grandeur et de notre supériorité et j’espère qu’elle résisteront au temps et aux dégâts tels des monuments relatant l’histoire d’un peuple. Mon seul souci a toujours été de rentrer dans l’histoire de mon peuple.

Je suis né dans l’une d’entre elles, à Avalae plus précisément. Etant enfant, j’avais l’habitude de voir un flux ininterrompu de pèlerins allant se recueillir devant la Rotoa de Bravichi. Je voyais aussi du balcon de l’arbre maison toute les cérémonies officielles, les fêtes royales se déroulant à proximité de cette fleur.

Ma famille était une petite famille de notables autant par le nombre que par la réputation ; certes nous n’étions pas très influents et pas très connus mais nous étions là. Mon père avait été rappelé par Jena bien trop tôt. Le médecin d’Avalae avait conclu a un empoisonnement et dès lors ma mère s’est mise à dépérir. Elle finit par rejoindre elle aussi mon père dans le Royaume de Jena, dans les Cieux. Ma soeur enfin, s’en voulue de n’avoir pas pu sauver ma mère du désespoir et on la retrouva un jour devant la Rotoa, inerte, une dague empoisonnée dans le coeur. Je suis le dernier de ma lignée, le dernier représentant de ma famille et je n’ai pas d’héritier. Aujourd’hui il est trop tard pour s’en soucier.

C’est à l’âge de dix-sept ans que je fis mes premiers pas dans Yrkanis pour une autre raison qu’une simple visite ou pour chercher une denrée rare. Je me souviens, nostalgique, de la foule qu’on pouvait y trouver. Tous ces matis que je voyais mais qui eux ne prenaient pas le temps de me voir.

Les premiers temps furent durs. J’étais trop jeune pour tenir le rôle de notable que j’étais sensé prendre et je n’en avais plus les moyens. Ma vie commença par la mendicité. Un jour alors que je traînais proche de l’étable d’Yrkanis, le palefrenier m’interpella et me proposa de laver les mektoubs contre quelques dappers, de pain et d’eau. J'acceptai sans sourciller même si la tâche s'avéra rude, je n’avais pas le choix. Je crois que je n’ai jamais pris le temps de le remercier en bon et dû forme.

Un jour les crieurs de la Capitale annonçait que le botaniste avait besoin que le peuple se rassemble et un soir je fus surpris par l’arrivée d’une foule. Il n’y avait pas que des matis, il y avait ces petits êtres, les trykers, les immenses homins, les zoraïi et mêmes des barbares, les fyros. Parmi ces étrangers, certains portaient le même insigne sur leur vêtements autrement plus raffinés et travaillés que ce que j’avais pu voir d’entre tous les civils. Je captais certaines bribes de discussions, et ils parlaient de maisons, de cercles, de clans, de guildes, de tribus, de communautés. Me mélangeant à cette foule pour voir ce que le botaniste royal voulait je me suis fais embarqué par une dénommée Walkyrianne. Une matis forte de caractère qui colla sur ma tenue poisseuse l’emblème de son cercle. Le Cercle des Immortels.

Dès lors j’étais l’un des leurs et ma vie changea doucement. On m’offrit l’hospitalité, un équipement sommaire pour apprendre à me battre et me défendre. Je me spécialisa dans les soins et le combat à la hache. Il s’agissait de deux compétences aux antipodes. L’une était douce et salvatrice, tandis que l’autre violente et destructrice. Walkyrianne disparue, dévorée en partie par une meute de gingos. Le Cercle sans sa force de caractère vascilla, tituba quelques temps avant de s’effondrer. Quoi qu’il en soit, j’avais gravi quelques échelons au sein du Cercle et cela m’avait rappelé mon enfance.

Lorsque je voyais la Noblesse festoyer, que je voyais la Royauté de mon balcon, je rêvais d’être parmi eux. L’ambition de mon enfance, momentanément disparue lorsque j’avais touché le fond en arrivant à Yrkanis, s’était ravivée au sein du Cercle. Aussi je m’étais promis de devenir Noble et d’avoir une influence sur le Royaume.

Je n’avais entendu que des histoires terrifiantes sur les maraudeurs jusqu’au jour où la Reine Lea Lenardi fut enlevée par ces gens et que j’ai pu me rendre compte que les histoires étaient bien en deçà de la réalité. C’est en participant à son sauvetage que le Karan Yrkanis me remercia en me faisant Noble du Royaume. Depuis ce jour j’ai pris très à coeur mon rôle.

Yrkanis inaugura la Chambre des Nobles et le Clergé de Jena. Je participai autant que je l’ai pu à cette dernière, en prenant de nombreuses responsabilités. Je me sentis être le second de Rodi di Varello à chaque séance tenue.

Les années passèrent, je connu le succès auprès des femmes mais aussi leur incroyable pouvoir de séduction et de destruction lorsqu’on les perd. Mon coeur s’est peu à peu refroidit, et, devenant insensible, je me suis décidé à me consacrer entièrement à la vie politique du Royaume.

Lorsque la guerre avec l’Empire éclata, je n’y étais d’abord pas favorable. Ma vision d’Yrkanis n’était plus la même. Il avait changé mais j’étais incapable de dire si c’était en bien ou en mal. Quoi qu’il en soit, au moment où je l’ai vu mettre un genou à terre devant les fyros, j’ai compris qu’il n’était plus un digne représentant du Royaume et de Jena. Ma fidélité se tourna alors vers son fils, Stevano, qui avait selon moi la vigueur et les compétences nécessaires pour mener correctement notre Royaume.

J’ai convoité durant longtemps une place au sein de la prestigieuse Maison Alkiane, et j’y suis parvenu un jour. C’était pour moi la preuve que j’étais un Noble d’importance, mais pas suffisamment encore pour être dans les petits papiers du Royaume. J’ai donc continué à mener les Chambres des Nobles jusqu’à ce Stevano et Yrkanis s’aperçoivent de mon travail, de mon investissement. Il me donnèrent le titre honorifique de Greffier Royal et dès cet instant je compris que j’étais devenu le plus important des matis en relation avec la plèbe et les étrangers. J’étais influent et puissant.

J’entrepris de façonner le Royaume à mon image, autant que je le pouvais. Les règles dans la Chambre des Nobles s’étaient vue raidir. La seule diplomatie tolérée devait passer par l’émissaire pour la Paix. Me rendant compte que les dépenses pour maintenir le Clergé de Jena nuisait à la pleine puissance de la Chambre, à ma pleine puissance sur le peuple, j’ai proposé lors d’une séance de créer un unique Conseil alliant les deux pouvoirs et m’ouvrant donc en plus d’influence et de pouvoirs. Le Conseil du Roi été né.

Détenant les clés politiques et de la culture religieuse du Royaume, j’eu la bonté de mettre en oeuvre la création de la Cour de la Reine pour qu’il y ait un éloge permanent à la culture matis au sein du Royaume et des nouvelles terres. Ceci-dit mon ambition et mon avarice n’en resta pas là.

Lors d’un voyage à Avalae, je repensais comme aujourd’hui à mon histoire et m’arrêtant sur la guerre, l’humiliation que l’on avait dû supporter à cause d’Yrkanis je me rendis dans les quartiers de la haute noblesse conservatrice. C’est ici que j’ai rencontré Azaen et que tout un plan s’est mis en marche. Je voulais, tout comme lui, une révolution.

Les débuts de la révolution étaient sous mon contrôle mais il a fallu qu’il dérape. Azaen, en lui accordant trop de libertés et de moyens pour créer son mouvement révolutionnaire s’est retourné contre mes propres plans. Je suis à un stade où s’il vient à parler, je laisse à supposer que ma vie n’aura plus grande valeur.

Je suis Zagabranth Ganancioso di Avalae, Greffier Royal et Noble du Royaume. Je n’ai voulu en réalité que le meilleur et l’excellence pour le peuple et j’ai échoué. Se sont mes derniers mots et j’espère seulement que le Royaume parviendra à me pardonner de mon erreur.

Je suis sincèrement désolé.

Le bas de la feuille était tâchée de sang et d’encre mélangés, certainement par des larmes de regret et de tristesse.


Source : http://app.ryzom.com/app_forum/index.php?page=topic/view/14354/1#1