Utilisateur:Zamoor

De EncyclopAtys

Profil Profil HRP  HRP  Translation Team Translation Team
de:User:Zamoor en:User:Zamoor es:User:Zamoor fr:User:Zamoor ru:User:Zamoor
 
UnderConstruction.png
Traduction à revoir !
Ne blâmez pas les contributeurs, mais venez les aider 😎
Texte de référence (original utilisé comme référence) :
Notes :

Ambre personnelle
Zamoor
Zamoor portrait.png
ᐖᐄᐛ
Race Fyros
Sexe Masculin
Nation Neutre
Organisation Rangers
Culte Agnóstique
Faction Neutre
Guilde Phaedrea's Tears
Rang Officier supérieur
Naissance inconnue
Décès en vie
Mère
Père
Homin


neutre


Préambule

Quelque temps après le Grand Essaim, ma famille ç a fui ses terres avec un important groupe de homins. Elle s'est expatriée et a été persécutée pour avoir cru aux paroles d'un leader nommé Elias Tryton, qui mettait en doute les bonnes intentions des puissances en place.

Mon groupe a alors dû faire face à toutes les rigueurs et les vicissitudes du désert, approvisionné seulement du peu qu'il pouvait prendre au passage et protégé par la force de notre race. Cependant, pendant l'exode, nous avons été lentement exterminés par les bêtes et les homins qui suivaient les Puissances ; Ocyx, Kinchers, Cuttlers et d'autres s'occupaient de certains d'entre nous. Seule l'alcool de Shooki rendait notre peuple heureux.

Ainsi, après avoir beaucoup marché dans différents coins du Désert, depuis la bien-aimée Vallée des Empereurs, nous avons fait l'aller-retour entre l'Oasis d'Oflovak, les terres des Frahars, les territoires de Dyron et de Thesos, les vastes Dunes de Sciure et les territoires calcinés de la Forêt Enflammée et la Gorge du Dragon; en fuite, toujours en fuite... Un petit groupe de quelques centaines de homins restés ensemble depuis le départ de Pyr a décidé de se disperser pour se cacher, en empruntant des chemins vers différentes nations, vers les lacs des Trykers, la jungle des Zoraï et mon groupe, de quelques dizaines de homins s'est rendu à la forêt de Matis par le passage qui mène aux Source Cachée, ce petit groupe a décidé de demander refuge dans un des clans des Maraudeurs bien qu'avec la crainte pour la réputation de personnes violentes qu'ils possédaient. Pourtant, ils ont été chaleureusement accueillis et y sont restés jusqu'à ce que notre groupe s'agrandisse.

Certains de notre peuple se sont identifiés au mode de vie et à la philosophie des Maraudeurs et ont été assimilés par le clan, beaucoup d'autres ont décidé de retourner à leur vie, reconnaissants de la protection que ces personnes soi-disant assoiffées de sang nous ont offerte pendant notre séjour, certains avec une ferveur encore fanatique dans les paroles que Tryton a prononcées mais maintenant cachées parmi les multitudes de nations, de clans et de guildes.

D'autres regardaient simplement le passé comme une histoire amère dénuée de sens, formée par le fanatisme, la peur, la haine ou la simple ignorance, ceux-ci aussi disaient un adieu reconnaissant au clan, mais cachaient également leur origine dans l'espoir qu'un jour les hommes vivraient ensemble en paix, quelles que soient leurs croyances. Je suis un descendant de ce dernier groupe, celui qui a fui de Pyr, persécuté par ses frères homins, mais qui dans son errance à travers le désert et finalement dans les terres Matis a renforcé son esprit, qui a reçu le refuge et l'appréciation des Maraudeurs, et a vécu l'horreur qui vient de l'ignorance et du sectarisme.


Mes origines

Mon histoire, loin de ma famille, commence lors d'un voyage de chasse au pays des Matis. Un petit groupe de chasseurs, dont j'étais le moins expérimenté, s'est rendu sur un territoire très dangereux près du Bosquet de la Confusion et, dans un élan de négligence, nous nous sommes retrouvés presque entourés d'ocyx et de jugulas. Dans cette situation, le chef nous a crié de courir dans des directions différentes afin d'augmenter nos chances de survie. Dans cette course, je me suis perdu et j'ai glissé à travers les buissons et les arbres jusqu'à ce que je tombe dans un endroit que je ne connais toujours pas, à cet endroit mon être était en quelque sorte absorbé et je me suis réveillé à Silan le Quarta, Nivia 16, 4th AC 2577, sans souvenir de moi ou de mon origine.

A Silan, un Zoraï fort, Chiang Le Fort, m'a réveillé avec une bienveillance captivante, c'était la première fois que je voyais de mes propres yeux les Rangers, tout un camp qui accueillait des homins qui, comme moi, se réveillaient inconscients et totalement impuissants. Un lieu où, avec patience et des mots doux, et parfois aigres, j'ai lentement retrouvé mes compétences et ma conscience, où d'autres homins m'ont aidé dans une telle étape de manière totalement désintéressée. Quand le moment est venu, après que j'ai retrouvé la force et quelques souvenirs, on m'a dit que j'étais prêt à retourner sur le continent et même à retourner sur les terres de mes ancêtres, les Fyros.

Pyr était une ville immense et très peuplée. Sur cette terre, j'ai été accueilli par Itzy et Teeneemai, membres de la Guilde des Larmes de Phedre, plus connue sous le nom de Phaedreas Tears, qui ont été mes guides et m'ont offert leur aide sans limiter mon indépendance, tout comme Grand bleu Chiang l'a fait en son temps, et ont généreusement soutenu ma recherche de ma mémoire et de ma vérité.


Ma quête

Zamoor vs Zamoor.png
Après de nombreuses années passées aux côtés des Phaedreas Tears, une grande partie de l'histoire de mes origines m'est revenue à l'esprit, et c'est à ce moment que je décide de poursuivre un chemin solitaire qui me permettrait de contraster les idées apparemment contradictoires des Rangers, des Maraudeurs et des Trytonistes, et de retourner sur les terres des Matis où vivent des clans de Maraudeurs, Personne là-bas ne connaissait ou ne voulait me donner d'indication sur ma famille, peut-être parce qu'ils avaient disparu ou parce que je les protégeais, de sorte que je ne pouvais plus me lier avec ceux qui étaient partis par crainte de leur extermination à cause de leurs croyances, mais je suis revenu vivre avec les Maraudeurs, et selon mon appréciation, la seule chose qui les différencie des Rangers est leur idée de l'unité des homins.

Alors que les Rangers la recherchent avec une neutralité absolue et une collaboration avec tous, les Maraudeurs la conçoivent comme le résultat de la liberté et de l'indépendance vis-à-vis des Puissances et des Nations, même si cela doit se faire par la force.

Je me suis alors souvenu de cette horreur qui vient du sectarisme, et bien souvent de l'ignorance, pour laquelle j'ai décidé de revenir et d'être à nouveau une Larme dans ma Guilde, une qui ne cessera pas dans sa recherche de vérités, même celles cachées sous un monceau de mensonges.

Mon destin

Malheureusement, il semble que la menace Kitin soit devenue notre plus grande malédiction et, en même temps, la plus grande bénédiction pour l'hominité, car c'est le seul point visible dans lequel nous nous reconnaissons tous comme des homins et nous nous entraidons pour nous préserver de l'extinction. Une triste réalité est que notre peur de la mort semble être la seule chose qui nous unit.

Personnellement, je me bats contre moi pour ne pas prendre part aux conflits des idées qui nous divisent, essayant d'être neutre même face à ce qui semble à première vue une lutte injuste ou absurde entre homins. Être "Ranger" n'est pas facile et parfois mes propres expériences et les enseignements que j'ai reçus dans ma jeunesse me poussent de reprendre le chemin du "Maraudeur". Les nationalités, les religions ou les idées ne doivent pas nous diviser, au contraire, elles doivent nous unifier et nous guider vers un meilleur destin... un destin dans lequel Atys est notre seule nation et l'Hominité notre seule foi.

Peut-être que mon destin est de prendre le Route d'Oflovak direction vers les Anciennes Terres, de faire l'expérience de la vision dans laquelle il n'y aurait aucune nation ou faction, dans laquelle la mort est définitive, et peut-être que mon existence se résumera en une revue ou deviendra la légende d'un homin qui a marché sur Atys, ou, encore, tout simplement, finira dans l'oubli.