Ryzom
Livre de Vie de Lomea

De EncyclopAtys

« Extrait du Livre de Vie de Lomea. »

Préface : Explications de l’existence de ce livre.

Beaucoup de personnes doutent. Est-ce que la destinée existe ou pas ? C’est une grande question. Est-ce que nos faits et gestes sont déjà écrits ? Sommes nous maîtres de nos actes ? Ce livre ne répond pas à cette question. Il va juste servir à vous relater les faits, la vie de Lomea. Tout le monde possède un livre de ce genre mais peu de personnes y ont accès alors savourez votre lecture. Une dernière chose… vous oublierez tout ce que vous avez appris dans ce livre après l’avoir refermé, à vous de voir si vous voulez toujours continuer. (HRP : Aucune allusion sur ce qui est raconté ici en RP IG quoi ^^)

Premier Chapitre : L’enfance.

Lomea est née de parents Trykers sur la planète Atys. Elle possède un grand frère. La petite famille vivait paisiblement dans un village d’Aeden Aqueous. Peu de faits ont marqué l’enfance de Lomea, tout était banal. Son père et son frère chassaient et pêchaient la journée pour les repas, tandis que Lomea restait à la maison avec sa mère pour préparer les dîners, tenir la maison en ordre et toutes sortes de tâches ménagères. Notre jeune Trykette était très malchanceuse et très maladroite, elle ne réussissait presque jamais ce qu’elle faisait ce qui lui fît perdre toute confiance en elle-même car elle voyait sa mère, son père ainsi que son frère tout réussir, ou presque.

Second Chapitre : L’adolescence.

Plus Lomea grandissait, plus son problème de maladresse devenait important. Elle était un peu comme la maudite du village. Dès qu’on la croisait les gens se tenaient à l’écart de peur de subir de ses actes. Elle avait déjà failli faire flamber la maison familiale 15 fois ! Heureusement qu’elle n’habitait pas chez les Fyros, l’eau ne manque pas en Aeden Aqueous. Une fois elle voulût préparer le dîner seule en allant cueillir des champignons non loin de la maison. Jusque là tout se passait bien sauf que… les champignons étaient nocifs pour la santé et toute la famille fût malade pendant 18 lunes. Elle n’en pouvait plus. Elle n’arrivait à rien, elle échouait tout.

C’est alors qu’un soir de grande solitude et déprime, seule dans son lit douillet, elle décida de mettre un terme à cette malédiction. Lomea avait entendu parler d’une puissante mage pouvant guérir tous les maux ! Ceci n’était que rumeur au vent mais c’était sa seule lueur d’espoir. Elle prit un petit sac avec quelques vivres et partie à l’aventure en demandant à tout les gens qu’elle croisait s’ils avaient entendu parler de cette magicienne. Ses parents au petit matin fût surpris de ne pas la voir et était morts d’inquiétude mais restaient discrets… « Elle reviendra, ne vous en faites pas » disaient sa mère.

Les jours passèrent et notre malchanceuse continuait son périple, elle savait qu’elle était presque arrivée et ne voulait pas s’arrêter en si bon chemin tandis que ses proches morts d’inquiétude au bout du second jour de disparition étaient partit à sa recherche.

« 3 jours plus tard »

Enfin arrivée, Lomea vît une petite maisonnette perdue au milieu des lacs. Elle se précipita à l’intérieur et découvrit une grande femme, elle ressemblait à une Matis. Elle lui parla de son problème rapidement, toute excitée. La magicienne lui dit qu’elle pouvait y faire quelque chose mais qu’il y aura des sacrifices à faire. Lomea aveuglément accepta tout de suite sans hésitations. La Matis commença à préparer un puissant sortilège qui emplissait la maison d’une lumière éblouissante et une petite fiole apparue dans la main de Lomea.

« Boit ceci et tes problèmes disparaîtront » dit la magicienne.

Lomea hésita, la fiole contenait un liquide vert fluorescent pas très rassurant. C’est alors que son père et son frère entrèrent en trombe dans la maison ! Ils étaient visiblement heureux de la voir saine et sauve. Elle leur expliqua son acte rapidement. Son père lui suppliait de ne pas boire la fiole, qu’il l’aimait plus que tout même si elle ne faisait que des bêtises malgré elle. Mais la jeune trykette était têtu…. Et but la potion d’une traite ! Un puissant orage se déclencha dans la seconde qui suivit et un puissant éclair frappa la maison. Tout le monde se retrouva projeté au sol. Après quelques minutes le frère de Lomea reprit connaissance et ne la trouva plus dans la maison. Elle avait disparu…

Troisième Chapitre : La renaissance.

Il y a des choses dont même le Livre de la Vie ne semble pas comprendre, et en voici une. Le père et le frère de Lomea choquée qu’elle disparu si violemment repartis vers leurs village, tristes. A peine rentrés ils dirent à la mère de famille qu’ils avaient vu Lomea mais qu’elle disparût après avoir bu une potion étrange. Mais c’est alors qu’elle répondit :

« Qui est Lomea ? »

Les deux hommes se regardèrent un peu choqués et…

« C’est vrai… Qui est cette Lomea ? » Dit le frère. « Je n’en sais rien.. » répondit le père.

La famille avait oublié son existence, peut-être dû aux effets de la potion… La magicienne avait dit qu’il y aura des sacrifices. De son côté Lomea était sur une petit île, cela ressemblait à son pays d’avant. Le même sable fin, les mêmes lacs. Elle avait veillit physiquement. Elle ressemblait plus à une femme maintenant. Elle se promena un peu et vit un énorme Clopper comme son père en parlait avant. (Elle n’avait rien oublier de ses proches, elle). Effrayée elle prit la fuite et vit le monstre mourir derrière elle. Un homme l’avait tué :

« Tu devrais utiliser quelque chose pour te défendre, jeune femme ! » dit-il. « Mais euh, je euh… » « Suis moi ! » Et il partit en courant vers un petit poste de garde.

Cet homme lui fit découvrir qu’il y avait des entraîneurs au service du peuple. Elle pouvait apprendre l’art de la magie, du combat tout pleins d’autre choses. Elle décida de se perfectionner dans un sort d’attaque pour se défendre des Cloppers et ainsi survivre, ce monde semblait si hostile.

« Très bien, je veux te voir à l’œuvre, montre moi ce que tu sais faire ! » Dit l’homme.

Lomea s’approcha d’un terrifiant Clopper, fît exactement ce que l’entraîneur lui avait dit… Et miracle ! Ca marchait ! Le monstre ne fît pas un plis et tomba raide mort à ses pieds. Lomea était folle de joie c’était la première fois qu’elle réussit quelque chose sans qu’il ne se déclenche toute une série de catastrophes. Elle semblait réellement guérie… mais loin de sa famille. Elle partit de la petite île quelques jours après s’être entraîné durement dans l’art de la magie et se retrouva à Aeden Aqueous, mais tout semblait changé. Rien n’était pareil que dans ses souvenirs… Elle decida alors que ce serai sa nouvelle vie, et qui sait peut-être qu’elle retrouverai un jour ou l’autre sa famille.

Quatrième Chapitre : La Tribu Talodi.

Lomea chassait seule ou avec des gens de passage pour perfectionner sa magie et se faire un peu d’argent de poche, de quoi survivre. C’est comme ça qu’elle rencontra « Chaton », une jolie Trykette faisant parti de la Tribu Talodi. Chaton lui fit rencontrer bon nombre des membres de la Tribu et elle tomba sous le charme de la gentillesse et l’esprit de famille qui se dégageait de tous les membres. Notre magicienne en herbe décida alors de faire tout son possible pour elle aussi faire parti de la Fière Tribu Talodi, chose qu’elle n’échoua pas encore une fois ! La confiance revenait peu à peu en elle… Elle était enfin heureuse.

Cinquième Chapitre : La découverte du Sommet Verdoyant.

Voilà maintenant plusieurs mois que Lomea fait partie de la Tribu. Elle s’est fait énormément d’amis et est devenue très habile dans certaines disciplines comme la magie élémentaire ainsi que la magie curative. Ses compagnons de route de toujours, les Talodis, lui apprennent des choses sur le monde chaque jours et elle semble prendre un certain plaisir à les questionner sur tout et n’importe. Il semblerait qu’elle soit vraiment admirative du savoir de chacun des membres et de la convivialité de chacun. Elle n’hésite pas non plus à parler de ses peines, ses peurs mais aussi des choses qui la rend joyeuse comme tout ! Notre jeune Trykette s'épanouit enfin.

Par une jolie matinée d’hiver, Druzil, fier combattant Talodi, proposa à Lomea de partir à la découverte du Sommet Verdoyant, lieu d’habitation des Matis. Elle était toute enjouée ! Elle rêvait depuis quelques jours de découvrir de nouveaux horizons, de nouveaux paysages. Druzil lui avait dis qu’il ne fallait pas avoir peur d’avoir quelques blessures, que le voyage était long, épuisant et très risqué seulement à deux. Mais têtu comme toujours, elle ne refusa pas l’offre.

Les deux Talodis partirent aussitôt vers le terrifiant Lagon de Loria proche de la ville d’Avendale. Ils devaient atteindre un vortex magique au Nord Est du Lagon. Impossible de combattre quoi que ce soit seulement à deux, ils devaient compter sur leurs discrétion pour ne pas attirer les Kitins sur eux. Ca semblait très dûr et risqué, Lomea avait un peu peur mais ne perdait pas espoir, elle voulait voir le territoire Matis. Ils avancèrent peu à peu, doucement et toujours sur leurs garde… mais c’est alors qu’un énorme monstre surgit de nulle part et les plaqua tous les deux au sol ! Druzil et Lomea étaient évanouis, ne pouvant rien faire sauf attendre que les Kamis les libèrent du coma. Heureusement pour eux, un foreur du nom de Kashiro passait par là juste à ce moment là. Il leurs prodigua des premiers soins et les escorta jusque le vortex d’une façon plus qu’habile. Il était prodigieux dans la façon de se promener dans le Lagon comme à Fairhaven.

« Voilà une bonne chose de faites ! » Dit Druzil après avoir passé le vortex.

Lomea était stupéfaite. C’était la première fois qu’elle se retrouvait dans une forêt, des arbres à perte de vue ! Et qu’est-ce qu’ils étaient grands ces arbres ! Elle n’en revenait pas, cela semblait si différent d’Aeden Aqueous. Mais là tout devenait plus compliqué, à peine fait 200 mètres qu’une meute de Torbak bloquait le passage. Il n’y avait rien à faire d’autre que de passer en utilisant un pouvoir spécial d’Accélération, unique sur Atys ! Cela vous fait courir jusqu'à deux fois plus vite que la normale pendant un court laps de temps. Et c’était un succès, l’astuce avait fonctionné à merveille, surtout grâce à la petite mare juste après le repère de la meute : les Torbaks détestent l’eau, il n’y avait juste qu’a se cacher dedans ! La suite était plus clémente, que des animaux inoffensifs… du moins jusque le premier poste frontière du Labyrinthe des Lutins.

L’expédition semblait arriver à sa fin, une nouvelle meute de monstres agressifs devant les deux compères. Et Druzil, qui était déjà passé par là plus tôt, savait qu’une autre, de Gibbaïs, se cachait juste derrière. Impossible d’utiliser l’astuce d’Accélération cette fois. Mais c’est alors que Sepresham fît une apparition mystérieuse au poste frontière, il avait décidé d’aider ses compagnons Talodis ! Une joyeuse surprise, Lomea fût ravis de sa venue… mais là situation était toujours la même. Ils patientèrent tout les trois en cherchant une solution, mais rien à faire il fallait combattre cette fois.

Après plusieurs jours de patience, Mutenroshi et plusieurs de ses amis repéra la Tribu. Lomea leurs demanda s’il était possible d’être escorté jusque Yrkanis, la capitale Matis. Le groupe accepta avec joie de les escorter, une aubaine ! Ils étaient vraiment très puissant et tuaient tout les Kitins sur le passage. Ils leurs fallut juste 2 jours pour arriver à Yrkanis sans aucunes blessures graves grâces aux puissants soigneurs du groupe.

L’expédition était enfin terminée, et avec succès ! Lomea peut désormais aller et venir du Sommet Verdoyant quand elle le souhaite avec les pactes Kami de téléportation, elle avait une fois plus réussit quelque chose avec ses compagnons. Elle remercia Druzil, Sepresham et le groupe de Mutenroshi pour le soutien apporté.

Sixième Chapitre : Nuage noir printanier sur Atys.

La vie en Atys était vraiment magnifique pour Lomea, les semaines prochaines semblaient ne prévenir aucun mauvais présage. Le printemps faisait sa douce et jolie apparition en rendant la jolie couleur verte des terres du Sommet Verdoyant et l’on pouvait sentir une agréable brise chaude en se promenant sur les ponts de FairHaven, la capitale d’Aeden Aqueous. Les arbres profitaient aussi de cette remontée des températures pour commencer à refleurir de nouveau et dans quelques semaines, pour certains, offrir des douceurs fruitières.

Mais hélas ce tableau sans faille ne pouvait durer. Lors du printemps les Kitins sont plus nombreux, c’est la saison des amours. Une invasion de Kitins déferla sur Dyron, une ville sur le territoire Fyros. L’attaque fût par surprise et il y eut beaucoup de pertes parait-il, Lomea ne s’y trouvait pas à ce moment. Plus l’information arrivait et plus la population s’affolait. Il semblait qu’Aeden Aqueous n’était pas menacé, trop loin du début de l’invasion sûrement. Alors Lomea se rendit en terre Matis, qui elles semblaient commencer à être sous la menace. La Tribu lui avait dit de rechercher une jeune demoiselle Matis du nom de Jezebelle, chose que notre magicienne fît sans mal. C’est ainsi que Lomea entra dans le groupe de défense d’Yrkanis avec Les Seigneurs de l'Aube. Ils semblaient réellement puissants, Lomea encore jeune et peu expérimenté commençait à avoir peur…

Ils partirent en direction du Nord d’Yrkanis et après quelques minutes de marche, ils virent d’énormes Kitins et une cinquantaine de personnes au combat. Lomea retrouva tout son sang froid et commença à soigner les victimes qui s’entassaient. Elle n’avait jamais vu de monstres comme ceux là, ils étaient énormes, horrible et semblaient indestructibles. Malgré ça tout se passait bien, il n’y avait que peu de blessés dans le groupe… jusqu’au moment où un de ces énormes Kipee arriva pour les décimer tous en une fraction de seconde. Aucun autre choix que de repartir à Yrkanis avec l’aide des Kamis. Jezebelle, blessée grièvement, décida de se retirer du combat pour se soigner. Lomea repartit vers les Talodis, ne pouvant plus rien faire pour les Seigneurs de l’Aube. La Tribu attendait que l’invasion arrive jusque la capitale pour la défendre, mais elle fût repoussée avant.

Voilà de quoi remettre en question notre jeune Trykette en ce début de printemps. Elle a enfin vu que la menace est réelle, dangereuse et sans pitié. Qui plus est il y eut des rumeurs comme quoi elle eut des histoires de cœurs entre elle et une membre de la Tribu, qui ne s’est pas mal terminé mais pas bien terminé non plus. Son moral n’était pas au beau fixe, espérons que tout redevienne un peu plus calme dans les jours à venir. Elle comptait sur les membres de la Tribu pour lui redonner du baume au cœur.

Septième Chapitre : Le Pays Malade.

L’invasion de Kitins touchait à sa fin. Les Homins avaient vaincu de puissants soldats Kitins sur l’assaut final de ces infâmes monstres… tout semblait reprendre son cours normal. La Reine Pondeuse quant a elle n’avait pas été tué, elle avait réussit à s’enfuir. Les Homins avaient donc gagné une bataille mais pas la guerre…

Les plages d’abondance étaient alors hors de toute invasion Kitins, une bonne nouvelle pour tout le monde mais surtout pour Lomea qui voulait depuis très longtemps aller voir le Pays Malade, lieu de résidence des Zoraïs. Pour s’y rendre il fallait passer par ces plages, et sous l’invasion c’était impossible. Accompagnée de ses fiers amis de la Tribu Talodi, ils décidèrent de l’aider à s’y rendre. Tout se passa sans trop de problèmes, elle découvrit à nouveau le paysage des Primes Racines qu’elle avait déjà entrevu dans le Gouffre d’Ichor. La Fosse aux Épreuves semblait moins dangereuse que le Gouffre, cela la rassurait un peu. Après plusieurs heures de marche dans ce paysage sombre et humide, Lomea arrivait enfin dans le Sud du Pays Malade ! Elle était ravie, le paysage était magnifiquement coloré et la jungle avait ce parfum si unique de fraîcheur. La jeune femme était ravie, elle se sentait bien dans cet environnement idyllique. La capitale, Zora, était magnifique ! Jamais elle n’avait vu une ville si calme et apaisante, Lomea était tellement comblée qu’elle pensait déjà à vivre ici un jour.

Après une brève visite de la ville elle revint près de l’étable et du Kami, elle voulait partager sa joie et aborda trois fiers Zoraïs d’un gentil sourire. Après quelques minutes de présentations la conversation devenait plus intense et Lomea enchaînait les questions sur le peuple, le style de vie et tout ce qu’il lui passait par la tête concernant cette civilisation étrange mais pas moins intéressant que sont les Zoraïs. C’est ainsi alors qu’elle se fit trois nouveaux amis de choix : Dalyko, la plus douce et gentille personne qu’elle n’avait jamais rencontré, son fidèle prétendant Aladiah, ainsi que Origami, la sœur d’Aladiah. Ils avaient même eu le temps de planifier une sortie, une promenade du Pays Malade pour découvrir un peu l’histoire qui en découlait ainsi que les lieux immanquable. Cette sortie fût appréciée quelques jours plus tard mais sans Origami, hélas. Lomea découvrit alors des endroits magnifiques de la Jungle comme Les Chutes Mystiques, La Main Géante ou encore le Tunnel Rocailleux. Elle voulait à tout prix voir à quoi ressemblait la Goo aussi, le mal qui ronge l’écorce. Dalyko et Aladiah étaient un peu réticents mais décidèrent tout de même de l’emmener… Lomea fût sous le choc, c’était horrible. La terre semblait vraiment souffrir, et toutes ces nappes de gaz… ! Dalyko avait pris la précaution de donner un morceau de tissu à Lomea pour respirer, les gaz de la Goo pouvaient l’infecter. Elle lui apprit aussi que les Zoraïs grâce à leur masque pouvait respirer avec moins d’inquiétude que les autres peuples.

Au final, Lomea se sentait bien chez les Zoraïs, malgré la Goo très présente. Elle décida d’ailleurs de se mettre à la création d’armures intermédiaire Zoraï, un signe de reconnaissance, sûrement…


Huitième Chapitre : Le Désert Ardent.

Après une récente découverte du Pays Malade, Lomea ne manquait plus que de découvrir le Désert Ardent. Valgar, originaire de ce pays, lui en avait tellement parlé qu’elle rêvait de découvrir ce lieu aussi. C’est alors qu’elle décida de partir à l’aventure avec Druzil, son fidèle compagnon lors d’expédition vers d’autres pays ! Ils partirent donc d’Yrkanis, la capitale du Sommet Verdoyant, vers le désert. Le passage se fit sans trop de mal grâce à l’aide inattendue de Chaton qui passait justement par là.

La Trykette fût surprise de la facilité pour y arriver ! Elle découvrit alors Thesos, la ville la plus proche du pays Matis, il y faisait très chaud et le temps était sec. Elle n’appréciait pas trop ça, mais trouvait que c’était mignon. Elle découvrit ensuite Pyr, la grande capitale, tout était représentatif du feu et de la chaleur, Valgar lui présenta le Bar ainsi que les Thermes. Cette ville est compliquée, difficile de circuler à l’intérieur et ce temps insoutenable ! « Il faut vraiment être un Fyros pour vivre ici », se disait Lomea. Néanmoins elle était heureuse d’avoir découvert ce lieu unique en son genre et y reviendra avec plaisir.


Neuvième Chapitre : Les cœurs s’emballent sur l’écorce.

La neige tombait à flot sur FairHaven. L’hiver était revenu plus vite que prévus, le temps était plus froid que les hivers précédents et Lomea flânait en ville comme à son habitude. Elle repensait à ses aventures passées, ses amis et surtout sa Tribu. Après son tour des marchands, elle revenait toujours à l’étable : c’était le lieu le plus actif de la ville. Elle y avait rencontré bon nombre de gens, et c’était aussi à cet endroit qu’elle fît accueillis dans la Tribu Talodi.

Lomea travaillait son artisanat, comme souvent elle le faisait à l’étable. Elle faisait des armures d’origine Zoraï ainsi que des armes Trykers. Pour elle qui n’est pas de nature patiente, se lancer dans de tels projets lui semblait étrange, mais elle y prenait goût. C’est alors qu’elle vit une jeune femme, elle semblait venir directement de l’Ile des Réfugiés. Elle décida alors d’aller lui faire un petit coucou et de lui proposer son aide, se souvenant de ses premiers jours difficiles lorsqu’elle arriva à FairHaven. La jeune Trykette se nommait Lianai, elle était toute jolie et gentille, Lomea décida alors de rester un peu plus de temps avec elle. Elle lui montra les environs, et lui apprit quelques petites choses à savoir pour vivre sur l’écorce. Après plusieurs semaines une étrange complicité commençait à s’installer entre les deux Homines, Lomea ne savait pas trop comment réagir face à ça. Lianai semblait tomber amoureuse, mais Lomea déçue par le passé était un peu résistante face à ce genre de sentiment qu’est l’amour. Elle continua tout de même à rester avec Lianai, à chasser, forer, se promener ou tout simplement parler avec elle pendant des heures. Elles s’étaient déjà échangées quelques baisers, timidement pour Lomea, insistant pour Lianai… mais Lomea hésitait. Elle ne voulait pas souffrir comme auparavant. Sa nouvelle amie essayait tant bien que mal de la rassurer, en lui disant que tout allait bien se passer et que jamais elle ne la fera souffrir… C’est alors que Lomea commença à rouvrir son cœur lentement à cette jeune femme au doux nom de Lianai. Elle refoulait ses sentiments depuis un petit moment mais elle ne pouvait plus se contenir et elle avoua qu’elle était amoureuse, elle aussi. Sa bien aimée semblait être soulagé et heureuse de cette nouvelle, tout semblait magnifique à l’horizon. Les deux Homines vivaient sur un petit nuage et le moral de Lomea était à son meilleur jour, cette rencontre plus que rafraîchissante lui faisait du bien, Lianai lui faisait du bien.

Cela faisait maintenant plusieurs mois que les deux Trykettes étaient ensemble. Leur couple prospérait et tout se passait bien au point que Lomea commençait à penser à son lointain futur en compagnie de Lianai. Elle avait quelques idées en tête mais n’osait pas en parler pour le moment, elle voulait encore attendre pour voir si tout se passait aussi bien. Quoi qu’il en soit, c’était en bonne voie. Mais dans ce tableau sans faille vient s’en glisser une petite, pas énorme, heureusement mais cela baissait un peu le moral de Lomea. Lianai fit la rencontre d’un homme, dont le nom ne vous sera pas mentionné ici pour le moment. Il était très gentil mais Lomea s’en méfiait, pourtant il semblait porter une grande attention à son égard. Il était adepte de Jena, donc de la Karavan mais semblait ne pas être extrémiste ou détester les adeptes des Kamis. Cet homme parlait souvent à Lomea, par message interposé. Elle lui répondait souvent, parfois non, elle n’y portait pas beaucoup attention. Jusqu’au jour ou il avoua qu’il était amoureux d’elle. Lomea ne savait plus où donner de la tête, elle était maintenant sûre de ses sentiments pour sa chère Lianai et ne ressentait aucun sentiments pour cet homme. Elle décida tout de même de le rencontrer à nouveau, pour parler avec lui. Elle s’inquiétait sur son moral, elle ne voulait pas le blesser car elle connaissait la souffrance que peu engendrer l’amour. Elle lui dit qu’elle ne pouvait rien faire pour son amour, qu’elle ne pouvait que le refuser étant avec Lianai et surtout amoureuse d’elle… L’homme ne tenta rien de plus, et une discussion plus normale reprit son cours. Il était très sage.

Lomea était heureuse, Lianai semblait vraiment amoureuse d’elle et prête à quelque chose de sérieux. Mais elle était aussi un peu gênée, l’amour que portait cet homme la perturbait. Elle se disait qu’elle allait encore en voir de toutes les couleurs avec l’amour… les couleurs de la joie et de la souffrance, même si le côté sombre ne la touchait pas directement pour cette fois.