Ryzom
Vacarme/chansons/EleKaith

De EncyclopAtys

Le Mariage de Kaithlin et Elesias

C'était à la fin de l'automne,
Au sommet de la Fin de la Destinée,
Au bout d'une journée monotone,
Que se réunirent convives et mariés.

En foule riante et bigarrée,
Parée des plus belles et raffinées tenues,
Chacun se réjouissait et déjà félicitait
Nos deux tourtereaux aux couleurs de l'Etoile vêtus.

Il y avait là, pour témoigner
De l'union sacrée des deux amants
Anciens d'Atys ou réfugiés à peine arrivés,
Amis de toujours, parents et étudiants.

De la bouche de Maître Thanys,
Aux consentements mutuellement échangés.
Avec la splendeur de l'éloquence Matis,
La bénédiction de Notre Mère Jena fut accordée,

Rayonnante comme jamais,
La radieuse jeune mariée invita la belle assemblée
A rejoindre sans tarder
Les serres d'Yrkanis y festoyer toute la fin de soirée.

La fête en musique et en poèmes se poursuivit
Jusque tard dans la nuit.
Nous conclurons en vous souhaitant, ravis,
Tant de bonheur toute votre vie !

- Aphraelle et Vacarme


Cependant, dans les rues et les petits salons d'Yrkanis, la chanson que l'on s'amuse à fredonner est légèrement différente :


C'était à la fin de l'automne,
Au sommet de la Fin de la Destinée,
Au bout d'une journée monotone,
Que se réunirent convives et mariés.

En foule bruyante et bigarrée,
Mélange de couleurs, pour certains, incongrues,
Chacun piaillait et gloussait
Tant qu'un badaud de passage en serait tombé des nues.

Il y avait là, entassées,
Pleurantes, faussement riantes, certaines se saoulant,
Toutes les maîtresses passées
D'un amant à l'ardeur fanée, d'un Elesias vieillissant.

Puis ce fut l'heure du bigot,
Dont le sermon commençait déjà à faire bâiller
La belle assemblée de gingos
Avant même la première phrase prononcée.

Je n'ose imaginer
Toutes ces potions et onguents
Que Kaithlin dût utiliser
Pour retrouver sa jeunesse d'antan.

Heureusement, je vous le dis,
Pour égayer cette soirée à l'allure d'enterrement
Un épouvantail d'un cachot fut sorti,
Sauvant d'un mortel ennui, les derniers survivants!

- Anonyme