Ryzom
Utilisateur:Moniq

De EncyclopAtys

Profil de Moniq Profil de Moniq HRP HRP
Ambre personnelle
Moniq
Moniq avatar face.png
Ranger orthodoxe
Guilde Phaedreas Tears
Rang Officier supérieur
Race Fyros
Nationalité Tenant
Culte Gnost
de:User:Moniq
en:User:Moniq
es:User:Moniq
fr:User:Moniq
ru:User:Moniq
 
UnderConstruction.png
Traduction à revoir !
Ne blâmez pas les contributeurs, mais venez les aider 😎
Texte de référence (original utilisé comme référence) :
Notes :


Les premières années

Nous sommes nées, moi et ma sœur jumelle Milada, vers l'année 2553. Nous étions la toute dernière progéniture d'un petit groupe mixte d'homins réfugiés. Nos premières années étaient remplies de voyages à la recherche de ressources et de la peur constante des Kitins. Ma soeur et moi n'avons pas de souvenirs précis de nos premières années, tant nous étions occupées à survivre. Notre principale activité, dans nos rares temps de repos, était d'apprendre comment un homin peut survivre dans la nature.

Les chemins de notre groupe mènent à travers de nombreux continents inconnus. Je me souviens de l'obscurité des Prime Racines, de la chaleur brûlante pendant notre très long voyage à travers un désert et de l'odeur humide des marécages de la jungle, où notre mère est morte. Nous avions environ cinq ans. Notre groupe était constamment à la recherche d'un endroit paisible où vivre, mais chaque fois que nous avons essayé d'habiter un endroit, tôt ou tard, les Kitins nous ont trouvés. Et notre groupe était de plus en plus petit, se faisant lentement tuer par les Kitins, les prédateurs, affamés et se nourrissant de nourriture empoisonnées.


Recherche d'homins

Vers l'âge de quinze ans, nous sommes devenues les éclaireuses de notre groupe. Notre père nous a dit que nous étions assez grandes et expérimentées, mais je pense que la raison est que nous n'étions plus que six homins à cette époque. Notre groupe était épuisé par toutes les circonstances de la vie. En même temps, il a été décidé que nous devions essayer d'atteindre d'autres groupes d'homins. Après des années de voyage, aucun des anciens ne savait où nous étions exactement. Heureusement, un jour, ma soeur est revenue de son expédition en éclaireur avec une grande nouvelle. Elle a découvert les ruines d'un bâtiment d'homin, probablement Matis. Malheureusement, il était plein de kitins. Au moins quelque chose après quatre ans de recherches.

Nous avons dû être patients et attendre deux saisons avant que les Kitins ne se déplacent vers le sud à cause de l'hiver. Cet hiver-là, il faisait terriblement froid. Après avoir éliminé quelques travailleurs Kitin restants, nous avons pu explorer ces ruines. C'était un village Matis, il y a très longtemps. Nous avons cependant pu découvrir certains détails au sujet de ce lieu à partir des fragments que nous avons trouvés. Mais cette chance a créé un fossé entre nous. Notre père, ma soeur et moi avons suggéré de nous rendre au sud, là où se trouve un désert et où il est possible de rejoindre la route d'Oflovak. Les autres voulaient aller vers l'est et chercher une ville de Matis et d'éventuels homins là-bas.

Ainsi, à 21 ans, notre groupe s'est séparé et nous n'avons pas revu nos amis depuis. Au début, notre voyage n'était pas si mal. La plupart des Kitins sont partis loin au sud, peut-être à la recherche de la chaleur du désert. Ce qui était facile au début est devenu difficile plus tard. Quand l'hiver est parti et que le printemps a fait se réveiller Atys, le nombre de Kitins a recommencé à augmenter. Nos douloureuses 5 années de voyage en hiver et de cachette en été ont abouti au jour où nous avons vu les premières dunes d'un autre désert inconnu. Et nous n'avions jamais vu autant de Kitins auparavant. Des milliers ? Millions ? Aucun d'entre nous n'a pu les compter. Le chemin était bloqué.

La route d'Oflovak

Nous étions faibles. Des vieux fyros fatigués et deux filles. Notre seul choix était de rester à couvert, en forêt et dans les montagnes, et de voyager pendant 4 longues années à la recherche d'un autre chemin au lieu de celui que nous pourrions faire en quelques mois si nous pouvions passer ce désert. Et cela nous a apporté une autre tragédie. Nous devions traverser une jungle profonde, avec des Kitins à nos trousses comme d'habitude. Nous cherchions un moyen de descendre jusque dans les Primes Racines. Cette journée était froide, pleine des larmes d'Atys, et notre père a soudainement glissé. Il a perdu l'équilibre et est tombé dans l'obscurité éternelle des Primes Racines. Même lorsque nous sommes arrivées en bas quelques jours plus tard, nous n'avons pas pu le trouver. Ma soeur croit qu'il est toujours vivant quelque part, mais j'ai abandonné tout espoir après avoir passé des semaines à fouiller la région.

Après cela, nous avons décidé de continuer notre voyage et de trouver la route de l'Oflovak. Ce fut une autre période de presque trois ans, mais une fois que nous avons repéré un groupe d'homins, nous avons su que nous y étions presque. Malheureusement, nous n'avons pas pu les atteindre de l'autre côté d'un canyon. Mais notre voyage s'est presque terminé ce jour-là, nous avons vu des panneaux que les Rangers utilisent pour marquer la route de l'Oflovak.

Dans les nouvelles terres

D'après le calendrier de l'époque, nous sommes arrivées dans un camp de Rangers en 2586. Il nous a fallu un certain temps pour nous en remettre et pour réaliser jusqu'où les homins sont allés dans la construction des Nouvelles Terres. Notre premier maître, Chiang le Fort, nous a donné un premier aperçu de la philosophie des Rangers et après des années de solitude, nous avons toutes deux choisi notre voie. Protéger les homins et repousser les Kitins là où ils devraient être. C'est aussi à cette époque où nous nous sommes séparées. J'étais curieuse de connaître toutes les nouvelles terres et mon souhait était de visiter tous les endroits où les homins habitent de ce côté de la route d'Oflovak. Ma soeur garde cependant l'espoir que notre père trouvera son chemin. Elle reste avec maître Chiang, aide les réfugiés nouvellement arrivés et fait souvent des expéditions pour retourner sur la route d'Oflovak.

J'ai rencontré beaucoup de nouveaux amis dans les Nouvelles Terres et je suis devenue membre d'un groupe très spécial. La guilde des Larmes de Phaedrea. La philosophie des Rangers est devenue la mienne et j'ai passé les premières années dans l'euphorie de nouer des amitiés et de connaître les cultures d'origine. Je suis devenu une aspirante Ranger et j'ai rencontré le maître Wuaoi Yai-Zhio. Tout avait l'air si bien. Mais les homins n'ont pas changé. Pas même après ces années de terreur Kitin et toute la tristesse.

Chute des Rangers

Avec toute mon histoire, toute la mort que j'ai vue dans ma vie, je suis rapidement devenu une Ranger orthodoxe. Ma conviction était encore plus stricte que ce que notre maître Wuaoi nous avait enseigné. Malheureusement, avec son départ à la retraite, l'organisation des Rangers est devenue encore plus permissive. Ces dernières années, de nombreux homins sont devenus des Rangers et nous ne leur demandons pas s'ils sont prêts à protéger les homins, Atys ou à unir les homins tous ensemble. On a presque l'impression que nous acceptons tous ceux qui ont pu soudoyer des nations pour asseoir leur fausse réputation. De nos jours, les Rangers attaquent d'autres homins, exploitent les ressources d'Atys, chassent des animaux comme les Kitins sans raison. Et pire encore, nous tolérons les soi-disant Rangers qui non seulement sont impliqués dans la politique et les combats de homins mais osent aussi dire qui est bon et qui est mauvais. Nous tolérons les mercenaires qui osent me dire que j'ai choisi la mauvaise faction.

C'est de notre faute. Nous sommes peu nombreux à vénérer les préceptes des Rangers. La plupart de ces nouveaux faux Rangers ne les connaissent même pas. Et nous ne les enseignons pas mieux. L'organisation est sourde à nos objections et nos réunions ont été annulées, peut-être pour toujours. Et nous ne faisons pas assez d'efforts pour la changer. Il est triste que je retrouve mon enfance, vivant en dehors de la société d'origine avec seulement quelques amis à mes côtés. Le rêve de la réputation de Ranger qui unit les homins semble avoir disparu. Que sommes-nous devenus ?