Ryzom
Tagghli/Histoires

De EncyclopAtys

Liens:

Histoires

Cours Tagghli, cours ... !!!

(Cette histoire a eu lieu dans le cadre de l'event de Janvier 2005, lors de "L'invasion du Nord" qui dura plus de 10 jours IRL)


L'après midi s'annoncait très calme. Le cri métallique d'un Kipucka trancha le silence qui enveloppait le Monticule des Psykoplas. La guerre faisait rage sur le Sommet Verdoyant depuis bientôt un an, mais les dernières semaines avaient été très éprouvantes, la pression kitin se faisant de plus en plus forte. Tagghli, Cyrtani et Efflisora palabraient paisiblement, assis autour du feu de camp, près du Maitre Artisan. Après les attaques de ces derniers jours, et les âpres batailles contre les Capitaines Kitins Kipuryks, les matis étaient fatigués, et bon nombre d'entre eux tentaient déjà d'oublier la guerre, comme si gagner ces batailles avait suffit à éliminer le danger. Cyrtani rentrait d'Yrkanis, où il avait désespérément tenté d'enrôler des artisans et des foreurs, en vain. La lassitude gagnait le peuple, et les trois homins semblaient bien sombres.

-"Jamais nous ne parviendrons à les repousser ! Ils sont à chaque fois plus nombreux ... Et les homins ne pensent qu'à s'enrichir. Plus aucun artisan ne veut participer à l'effort de guerre. Qu'allons nous devenir si la Garde périt à nouveau ?"

-"Ne désespérons pas Cyrtani" dit Efflisora, "il est encore temps de réagir !"

-"Regardez !! Une colonne de Kipestas attaque le camp !" intervint Tagghli.

Une dizaine de Grands Suzerains Kipestas s'acharnaient sur la trentaine de gardes présents.

-"Les gardes sont là pour les contenir ... Mais il nous faudrait absolument re.. Aaaouch !!!"

Cyrtani s'effondra sur le sol. Un aiguillon de Kipucka venait de lui transpercer la poitrine éclaboussant de seve le visage de Tagghli, qui eût à peine le temps de se retourner pour apercevoir la muraille chitineuse qui venait d'écraser la Garde Royale foncer sur lui et Efflisora. Ils se regardèrent d'un air désespéré, avant de s'effondrer tout les deux à leur tour, déchiquetés par une meute de Suzerains.

[...]

Les trois homins se réveillèrent, courbaturés, brisés, dans les locaux de la Garde de Natae. Ils avaient subit une violente attaque Kitin, et avaient miraculeusement étés sauvés par la Karavan, qui les avait ramenés au plus vite en lieu sûr. Une fois remis sur pieds, après s'être restaurés, ils décidèrent de retourner au camp du Maître Artisan, et d'essayer de former au plus vite un groupe de combat, afin de chasser la vermine Kitin hors du camp fortifié. Il fallait agir au plus vite !

Pendant ce temps, la rumeur parvint à Yrkanis que le camp était retombé sous la coupe des Kitins, et quelques matis parmis les plus braves se joignèrent au groupe de chasseurs, qui de quatre passa rapidement à une vingtaine d'individus. Ce petit groupe de valeureux homins parvint tant bien que mal à anéantir la meute qui tenait le camp de l'artisan, malgré leur infériorité numérque flagrante. Nombres de guerriers furent grièvement blessés au combat, et les soigneurs présents parvenaient à peine à les maintenir en vie. La bataille avait été dure, mais était loin d'être terminée.Un officier Kitin, un Kipuryk, sorti alors de sa tanière pour s'attaquer à la petite troupe, et durant près d'une demi journée, la vingtaine de combattants matis s'est acharnée à essayer de transpercer l'épaisse carapace du Kitin géant. En vain. Effondrés de fatigue, les guerriers s'épuisaient, la bataille semblait perdue, tant le Kipuryk resistait. Aucun renfort ne s'annoncait, et Tagghli, Cyrtani, Efflisora et les autres désespéraient d'en finir un jour avec ce monstre. Un sentiment de résignation parcouru les guerriers et leurs soigneurs. Comment allaient ils se sortir de cette situation ? C'est alors qu'Ombrae proposa d'essayer d'emmener le capitaine kitin aux portes d'Yrkanis, pour se faire aider par la population de la ville et sa garde. Les matis se regardèrent quelques instants en silence ... Qui allait oser attirer l'attention du Kipuryk et allait avoir asser de force et de vitesse pour courir jusque Yrkanis sans périr ? Cinq matis périrent à nouveau en l'espace d'une minute. Il fallait faire quelque chose, sans quoi le géant chitineux serait laché dans le Jardin Majestueux, ravageant tout sur son passage...

Tagghli senti qu'il avait ce courage en lui. Il sentait sa sève bouillonner en lui, tremblait de rage, les yeux révulsés, il hurlait en frappant le monstre de toutes ses forces avec son épée ardente. L'appel d'Ombrae résonnait en lui comme un ordre de Jena elle même. Il s'arrèta alors de frapper, recula de quelques mètres, et regarda ses compagnons tomber sous les coups de la bète durant quelques secondes. Il se concentra, fixa le Kitin et lui lanca une incantation. Blessé au tréfond de son honneur, le Kipuryk se précipita vers lui, et Tagghli, tremblant mais sûr de lui, se mit à courir à toutes jambes en direction d'Yrkanis. Les premiers mètres furent les plus terrifiants. Il voyait le monstre se rapprocher de lui à chaque pas, et son souffle s'envolait aussi vite que son coeur s'emballait. Terrorisé, il courait aussi vite qu'il pouvait. Il ne sentait plus la fatigue, la peur le poussant à courir toujours plus vite. Le sol tremblait sous les pas du monstre qui le poursuivait, et Tagghli osait à peine se retourner pour vérifier qu'il était toujours à ses trousses ... Un homin poursuivi par quelques Gingos et autres Ragus et un Kitin grand comme une maison ! Voilà le spectacle offert aux matis qui s'étaient alignés le long de la route pour soigner Tagghli à son passage, alors qu'il continuait à encaisser les coups répétés de la bète. Exténué, il jetta ses dernières forces dans sa course, et parvint aux portes d'Yrkanis.

Informés de ce qui se passait, les valeureux matis restés en ville formèrent une muraille homine à l'entrée de la ville, et assistèrent à l'arrivée du plus étrange cortège qu'on ai vu depuis longtemps dans le Jardin Majestueux, un homin, seul, à moitié nu et à bout de souffle, poursuivi par un Kipuryk. Le mur d'homin s'entrouvrit pour laisser passer le coureur, et Tagghli se jetta entre ses compagnons, qui refermèrent aussitôt le mur pour empècher le Kipuryk d'entrer en ville. Il roula sur le sol, ivre de fatigue. Reprenant son souffle, Tagghli se releva et regarda la garde et le corps d'armée civil attaquer le monstrueux Kitin, et venir enfin à bout de l'infâme vermine géante, qui périt en quelques minutes. La bataille ne faisait que commencer, et il ne s'agissait là que d'un capitaine, mais grâce à leur ingéniosité et à leur courage, un petit groupe de 20 homins était parvenu à libérer le Maitre Artisan et à éliminer un Capitaine Kitin. A présent, nombreux étaient les matis convaincus que leur place était à nouveau au combat, et une nouvelle armée, forte de plus d'une centaine d'homins prit le chemin du champ de bataille. Tagghli était fier de son peuple, fier d'apartenir a cette race d'homins d'honneur. Il reprit son épée, remit son casque, et se dirigea au pas de course vers le nord, entouré de ses compagnons de combat ...