Ryzom
Rosae Yrkanis

De EncyclopAtys

Rubber-Stamp-Lore choix Vert.png
fr:Rosae Yrkanis
Dummy.png
Cette page est soumise aux responsables de la Lore pour validation.
Date d'édition : 2018-06-12, Lou Tei-Sang


Description

Ambre taxonomique
Rosae Yrkanis
  Herbier écrit en dialecte d’Avalae
Herbier écrit en dialecte d’Avalae
Type Fleur Sauvage
Habitat Sommets Verdoyants,

Pays Malade, Nexus

La Rosae Yrkanis est une variété cultivée de la Rosae Matia

Son Histoire

On raconte qu’en 2506, durant une sombre période de l’histoire des Sommets Verdoyants, une botaniste matis dont la véritable identité ne fut hélas jamais attestée, créa dans son laboratoire une hybride de la Rosae Matia. Plus petite et à port plus touffu, parée d’opalines fleurs triples au parfum suave, cette hybride avait la particularité d’être une hôte de choix de l’Endilweis. A peine éclose - dit-on - elle s’entourait d’un ballet coloré et papillonnant de fleurs vagabondantes impatientes de se jucher en son sommet...

Suite à l’infructueuse tentative du prince Yrkanis de reprendre la couronne, et à sa condamnation par Jinovitch, cette botaniste envoya de nombreuses boutures à plusieurs correspondants restés loyaux au prince ou l’ayant suivi dans son exil, d’abord en Aeden Aqueous puis dans le Pays Malade. Et ce jusqu’en 2512, à tel point que cette Rosae serait devenue un signe de reconnaissance entre les partisans du prince, promesse symbolique de la couronne qui lui serait bientôt rendue. La légende voudrait même que les résistants aient mit à profit le lien si particulier qui unit ces deux plantes, en inscrivant des messages cryptés sur des endilweis à même de voyager sur de longues distances jusqu’à rejoindre leur hôte…

Au retour triomphant d’Yrkanis, la Rosae Yrkanis fût baptisée et officiellement dévoilée au public. En l’espace de quelques années, et bien qu’elle ne s'acclimata pas aux régions lacustres, elle avait conquit les Sommets Verdoyants et le Pays Malade, où elle s’est parfaitement naturalisée.

Cet faits tiennent probablement en partie du mythe, car il est difficile de concevoir un mouvement dirigé de l’endilweis qui lui permettrait de se déplacer à son gré, et non celui du vent, tel un izam voyageur. Néanmoins, la science de nos botanistes est si grande, qu’il est permit de le croire, et si vous vous promenez dans nos magnifiques forêts ou dans la jungle, vous ne manquerez pas d’y croiser des Rosae Yrkanis, emblématiquement parées de leur “Couronne d’Yrkanis”, nom encore parfois d’usage pour désigner l’Endilweis.


Last version 2018-08-09•