Ryzom
Jayazeng

De EncyclopAtys

Rubber-Stamp-Lore choix Vert.png
Ambre taxonomique
Jayazeng au Vide
Jayazeng-Spring.jpg
Règne Végétal
Catégorie Pseudo arbre
Écosystème Jungle
Type de riposte Sans défense
de:Jayazeng
en:Jayazeng
es:Jayazeng
fr:Jayazeng
ru:Яыазенг
 
UnderConstruction.png
Traduction à revoir !
Ne blâmez pas les contributeurs, mais venez les aider 😎
Texte de référence (original utilisé comme référence) :
Notes :

De son ancien nom alewo, cet arbre à l’allure déconfite est de la même famille que l’arinish. Le jayazeng produit une sève blanche et visqueuse qui ressemble à du latex et que les Zoraïs utilisent. Son écorce et son feuillage sont très inflammables.

Cette plante singulière est en fait issue du remplacement progressif du feuillage d'une autre plante (le plus souvent de la famille des arinish) par une végétation parasite, sans que cependant sa fonction photosynthétique soit altérée. L'aspect de la plante hôte change au fur et à mesure qu'elle se charge des « barbes » parasites, jusqu'à ce qu'elle se transforme en jayazeng. Lequel de ce fait n'est, malgré son apparence, dit « arbre » que par abus de langage.

L'histoire dit que Supplice vit un jour une ambassadrice Karavan discutant seule face à l'un de ces arbres. Désirant savoir ce qu'elle disait, il s'approcha en silence, et put distinguer les mots « Jaya Zeng ». Malheureusement, il marcha sur une brindille et l'ambassadrice l'entendit, arrêtant sa conversation avec la plante. Supplice s'approcha alors et lui demanda ce que signifiait « Jaya Zeng ». L'ambassadrice désigna l'arbre, puis disparut. Se souvenant que la Karavan savait plus de choses que les homins, il décida que cela devait être le vrai nom de l'arbre, et depuis les Zoraïs le nomment ainsi.

Les Matis, fins botanistes, apprenant cela, en firent de même, tandis que Fyros et Trykers se contentèrent de lui donner le nom qu'on leur apprenait.

Il est dit que prier devant l'un de ces arbres attire l’œil de la Karavan.

Une croyance plus ancienne le surnommait « arbre porte-malheur», mais les plus sages se souviennent qu’il fallait interpréter cela dans le sens positif : en méditant devant lui on peut lui déposer nos malheurs, d’où son aspect.


Last version 2019-11-15•