Ryzom
Guilde:Marcheurs d'Atys

De EncyclopAtys



Lost.png

La guilde Marcheurs d'Atys n'existe plus à la surface de l'Ecorce.

Si cette guilde existe toujours, veuillez enlever ce bandeau, merci.

Bandeau marcheurs atys.png
Site : http://www.marcheurs-atys.com/

Background

Au commencement

Au commencement il y eut un groupe d’amis…

Ce groupe d’amis partageait rêves et passions. Etant de simples chasseurs, artisans et récolteurs, tous partageaient cependant un même désir. Celui de retrouver l’empire Matis d’autrefois. Celui qui malgré ses défauts donnait toute sa raison d’être au peuple Matis. Puis ce groupe d’ami fini par rencontrer d’autres Matis animés du même désir. Ainsi le groupe d’amis devint une guilde. Le temps aidant, les chasseurs devinrent des guerriers. Les érudits devinrent des magiciens. Les soigneurs, des prêtres… Les artisans perfectionnaient leur art et les récolteurs revenaient sans cesse de régions plus reculées encore. Cependant les idéaux eux ne changeaient pas malgré le temps…

Cette guilde se stabilisa, et désormais, il était temps de prendre les choses en mains…

Ainsi les Marcheurs Matis se mirent à œuvrer plus que jamais pour le bien du peuple Matis. Participants à la défense de leur continent lors d’invasions Kitin, aidant les plus démunis des Matis à se vêtir, protégeant les plus faibles… Leur loyauté envers leur peuple était sans faille. Puis s’ouvrirent des routes commerciales, permettant aux Marcheurs Matis d’accéder aux régions et recoins les plus reculés d’Atys. Mais où qu’ils furent, ils protégeaient et prônaient toujours le peuple Matis avec le même zèle. Si bien que les Marcheurs Matis finirent par se faire appeler « Les Marcheurs d’Atys »… D’un surnom est venu un nom qui résonne de nos jours partout sur Atys.

Tout était à présent en place pour que ce rêve que tous partageaient devienne petit à petit réalité.

Les Marcheurs d’Atys ne s’en cachent pas, ils souhaitent refonder l’Empire Matis, mais en l’épurant de ses défauts et tares d’autrefois… Cependant leurs buts et idéaux soulèvent bien des colères, ce qui les obligea à être totalement indépendants pour le moment. Ainsi leurs rangs comportent des Matis excellent dans tous les corps de métier afin d’éviter d’avoir à faire appel à qui que ce soit d’autre. Cette indépendance leur permettant par ailleurs de continuer à oeuvrer dans des périodes d’embargo ou de crise majeure. Ainsi les Marcheurs ont pu étendre leur commerce à travers tout Atys, afin de montrer au reste de l’hominité que le peuple Matis est de retour…


Objectifs

Nous souhaitons recréer l’Empire Matis exempt de ses tares d’autrefois. Ainsi nous tentons de montrer aux autres peuples le plus diplomatiquement possible qu’ils sont dans l’erreur et qu’il convient d’avantage que tous se réunissent sous la bannière Matis. Car parmis les fautes que nous ne souhaitons pas recréer se trouve celle de l’esclavagisme. En effet un Homin quel qu’il soit est bien plus utile s’il œuvre parmis nous de son plein gré plutôt qu’a l’aide de chaînes et fouets. Il va de soit que chaque peuple à son utilité sur Atys et que nous autres Matis sommes là pour tout organiser. Non pas par plaisir et « avantages » mais par devoir et nécessité face à l’envahisseur Kitin. L’Hominité n’atteindra sa pleine prospérité que dans l’union, mais toute union ne peux fonctionner sans chef, tout comme un corps aussi puissant soit il ne peux fonctionner sans tête. Nous nous contentons pour le moment de tenter de convaincre tout Homin du bien fondé de nos intentions et préférons laisser les Homins autres que Matis de leur côté afin d’éviter les foudres de nos paires. Hormis avec nos ambassadeurs, les contacts avec les autres peuples à l’heure actuelle se résument à du commerce et divers actes diplomatiques. Cependant notre tentative d’organisation provoque bien des provocations de ma part des cheffaillons d’autres peuples avides de pouvoir et voyant en notre but qu’une tentative de domination stupide. Mais fort heureusement, la suprématie Matis ne s'exprime pas dans le sang et la fureur. Notre supériorité est liée au raffinement de notre civilisation (arts, artisanat, culture, mode vestimentaire, étiquette et protocole). C’est selon cet esprit éclairé que nous souhaitons guider les peuples barbares loin des erreurs du passé. Quand bien même il arrive que certains peuples ou organisations n’acceptent de parlementer qu’après avoir perdu la bataille. Nous sommes capables de ramener ces gens là à la raison. Ainsi que l’a dit un Matis célèbre : « Qui veut la paix prépare la guerre ». En cas d’échec diplomatique nous n’hésitons pas à prendre les armes afin de garantir un retour à la paix dans les plus bref délais. Les prises de guerre permettent de nous indemniser de ces coûteuses, mais nécessaires, expéditions. Quand bien même, la guerre n’épargne peu de monde, nous mettons donc un point d’honneur à agir avec Hominité notamment en évitant les « petites victimes » en temps de guerre. J’en veux pour preuve la peinture trônant au milieu de notre bibliothèque représentant un Commandant Matis portant un enfant Fyros devant un village en flammes au beau milieu du désert. Nous avons créé une sorte d’orphelinat où ces enfants, dès leur plus jeune âge, peuvent recevoir une éducation en respect avec la doctrine Matis, et apprennent l’artisanat et la récolte.

Allégence

La Karavan :
Tout naturellement car nous sommes reconnaissants envers Jena pour les bienfaits qu’elle a apporté à notre peuple. La Karavan s’est toujours montrée Loyale envers nous autres Matis, sa technologie proche de notre conception de l’artisanat et sa logique entrant en accord avec nos idéaux impériaux, il va donc de soit que nous traitions avec elle.

Les Kami :
Nous n’avons aucune confiance en ces êtres malsains, ils ne font que manipuler les homins un tant soit peu trop crédules pour parvenir à leurs fins. Qui plus est ces créatures semblent ne pas se préoccuper de la menace Kitin ce qui nous fait douter d’avantage de la noblesse de leurs intentions.

Yrkanis notre roi :
Officiellement nous suivons notre Roi et ce quoi qu’il en coûte. Officieusement nous le suivrons tant que ce dernier œuvrera pour le bien du peuple Matis.