Ryzom
De la braise jaillit la flamme

De EncyclopAtys

Rubber-Stamp-Lore choix Vert.png


L'espace d'un instant, je crus me retrouver face à l'Empereur Dexton.

Nous étions dans le bureau de travail impérial, les celiakos Lyan Cexius, Ibiphan Dynix, Dios Apotheps et moi-même, un de ses proches conseillers. Lykos, Empereur du Désert Ardent, se tenait debout devant nous. L'intensité de son regard de braise n'avait pour égale que la force de sa voix tandis qu'il faisait les cent pas derrière son imposant bureau de bois sculpté. Le sol, témoin muet d'une récente scène chaotique, était jonché d'un vrac de documents et d'objets divers.

Un léger bruissement de robe attira mon attention, et j'aperçus Plenatheus Ibidos, le jeune scribe de l'Empereur qui, désorienté par cet éclat inhabituel, avait prudemment reculé de quelques pas pour se réfugier dans l'ombre.

Et là, soudain, j'ai souri.

J'avais si souvent vécu cette scène par le passé ! Feu l'Empereur Dexton avait le même regard flamboyant et explosait de la même manière lorsque quelque chose d'important lui déplaisait. Mais cela ne durait jamais, et toujours une décision empreinte des quatre piliers naissait peu après. Lykos, en agissant tel son père autrefois, venait enfin, paradoxalement, de sortir de l'ombre de celui-ci, et j'avais la chance d'être témoin de la scène.

Les faits étaient là. L'Empire allait mal, l'affaire Atreus avait divisé les Patriotes et l'Empereur lui-même avait été trahi par des proches. Il avait répondu par la clémence mais sa main tendue avait été repoussée. Et les ennemis de l'Empire n'hésitaient plus à venir le narguer jusqu'aux portes mêmes de Pyr la Grande. L'heure n'était plus aux discours, ni aux compromis. Elle était à la détermination et à l'action.

Lykos fit table rase du passé, comme il avait fait place nette sur son bureau l'instant d'avant. Toute hésitation disparut de son regard et de sa voix. Déterminé, sûr de lui. Un grand Empereur.

Il fit venir Denathus Deukos, actuel Lieutenant Ardent de la guilde impériale des Faces Brûlées, en qui il avait toute confiance, et l'en nomma nouveau Maître Ardent. Ce dernier se vit donner un unique mois atysien après la cérémonie officielle d'intronisation, qui aurait lieu dès le lendemain, pour réorganiser sa guilde et la ramener au maximum de son efficacité.

Lykos s'attela ensuite à la structure politique des Cités Impériales. Le mode ancestral d'élection des akenak, connu sous le nom de "vote à la dague", devenait ingérable sur le terrain, tant par manque de candidats que d'enthousiasme électoral parmi les Patriotes. Il ne restait plus qu'un seul akenak en fonction à Dyron, un seul à Pyr, et aucun à Thesos. La raison en était simple : des dossiers prenant la poussière en raison d'un système décisionnel beaucoup trop lent. Les cités impériales s’ankylosaient dans la lenteur administrative, et l'ensemble de l'Empire semblait entrer en hibernation. Cela ne pouvait plus durer. Une simplification du système s'imposait.

Quant à Thesos... Ah ! Thesos... Elle qui fut à la fois ma fierté et mon désespoir... Je fermais brièvement les yeux, pris d'un court vertige en repensant aux piliers bafoués par tant de Patriotes thésosiens. Pourquoi n'avais-je pas vu venir le désastre ? Pourquoi n'avais-je pas su préserver intacts les quatre piliers au sein de ma Cité ? Je me sentis si vieux tout d'un coup... comme si Atreus avait pompé une partie de cette vitalité que j'avais jusque là.

Je sentis le regard de braise de sharükos posé sur moi. Rouvrant les yeux, je me redressai, lissant presque inconsciemment un pli de ma robe de celiakos. Je sentis renaître en moi une force nouvelle. Sa force. A mon tour, j'étais prêt à faire face à l'avenir.

L'Empereur s'entretint avec nous. Calmement, sans détours ni faux-semblants. Il nous écouta, nous lui fîmes part des propositions du Sénat. Et il décida.

Lykos fit s'approcher son scribe et lui dicta deux décrets. A situation d'urgence, solution d'urgence. Le premier détaillait le nouveau système de nomination des akenak et des akenos, ainsi que les responsabilités qui incomberaient aux nouveaux représentants de sharükos dans les Cités. Le second, autant exceptionnel que provisoire, sanctionnait politiquement la complicité passive, et même parfois active, d'une partie des Thesosiens dans l'affaire Atreus. A eux de reconquérir la confiance de l'Empereur. On ne badine pas avec les quatre piliers.

Quelques semaines plus tard, les deux décrets impériaux étaient publiés dans chaque Cité du Désert Ardent.

— Extrait de "Les coulisses du Pouvoir Impérial",
écrit par le celiakos Abycus Zecops au 4e CA 2584

-o§O§o-