Ryzom
Nilstilar : Différence entre versions

De EncyclopAtys

m (Au commencement)
m
Ligne 54 : Ligne 54 :
 
Enthousiasmé par la bonne nouvelle, il partit dès le lendemain vers le nord où, lui avait confié avec réticence le voyageur zoraï, s'érigeait la nouvelle capitale du royaume matis.
 
Enthousiasmé par la bonne nouvelle, il partit dès le lendemain vers le nord où, lui avait confié avec réticence le voyageur zoraï, s'érigeait la nouvelle capitale du royaume matis.
  
À l'issue d'un périlleux voyage en solitaire, au matin de ses dix-huit ans, le septième jour de germinally du deuxième cycle de l'année de [[Jena]] [[Temps|2575]], Nilstilar entrait enfin dans [[Yrkanis]].
+
À l'issue d'un périlleux voyage en solitaire, au matin de ses dix-huit ans, le septième jour de germinally du deuxième cycle de l'année de [[Jena]] [[Temps|2585]], Nilstilar entrait enfin dans [[Yrkanis]].
  
 
=='''État-civil'''==
 
=='''État-civil'''==

Version du 13 octobre 2019 à 23:36


Ambre personnelle
Nilstilar Thorec
Nilstilar Thorec 0.png
Ambassadeur du Karan Stevano
Guilde Ordre Alkiane
Rang inconnu
Race Matis
Nationalité Sujet Matis
Culte Karavan
Fidèle de la Karavan...
Tribën Bohorën
Linguiste Royal


Au commencement

Au retour de l'Exode, sa mère mourut en mettant au monde Nilstilar sous une tente plantée à la hâte dans le bois couronnant l'Antre de la Fureur. Recueilli par les Frères des Plantes, il vécut parmi eux dans l'insouciance jusqu'à ce qu'un voyageur venu de Min-Cho annonce à la tribu, assemblée autour du feu lors de cette inoubliable soirée de printemps, la renaissance des cités homines détruites par le Grand Essaim.

Enthousiasmé par la bonne nouvelle, il partit dès le lendemain vers le nord où, lui avait confié avec réticence le voyageur zoraï, s'érigeait la nouvelle capitale du royaume matis.

À l'issue d'un périlleux voyage en solitaire, au matin de ses dix-huit ans, le septième jour de germinally du deuxième cycle de l'année de Jena 2585, Nilstilar entrait enfin dans Yrkanis.

État-civil

le 7° jour de germinally du 2° cycle de l'Année de Jena 2508 dans le Jardin Fugace, de père inconnu et de Rinstilla, Matisse victime de l'amour et de l'Exode.
Marié avec l'imprévu et amoureux d'une Serae aussi habile que belle, hélas partie, voici maintes saisons, en voyage loin de l'Écorce.
Sans enfant pour lors, mais quelques cousins qui lui rendent (de loin en loin) divers services.

Goûts

La fidélité, qui le garde à jamais de la solitude.
La conversation, qu'il pratique au hasard de ses rencontres sur l'Écorce et (trop souvent diront certains) au Bar de Fairhaven.
La luciographie, qu'il pratique en solitaire au cours de randonnées en solitaire sur l'Écorce où à toute autre occasion plus sociale.
La botanique, qu'il pratique en herboriste amateur et lors des excursions régulièrement proposées par les Botanistes officiels.
Le chaï, que lui fit découvrir un soir au Temple de Zora une kwaï de ses collègues diplomates depuis Illuminée.
Les fleurs, qu'il produit en bouquets sous la haut patronage de la Serae Valentina Sinti, afin, de son propre aveu, qu'en sa bourse affluent les Dappers.

Réticences

L'autorité, qui le fait fuir l'Écorce quelquefois pour une saison entière.
Le patriotisme, qui lui vaut pour seul ennemi sur l'Écorce un groupe de Fyros indigne d'être nommé ici.
La guerre, qui l'ennuie autant qu'elle le désespère.
Le forage, qui l'endort avant même que de l'occire.