Ryzom
La trahison de Zathus

De EncyclopAtys

Révision datée du 15 août 2018 à 22:35 par Zorroargh (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Nyna avait confié une lettre à Kwendo pour Wong. Elle n’avait toujours pas osé revenir à Min-Cho pour lui expliquer en face les raisons de son départ. Elle savait qu’elle l’avait abandonné et que comme elle il en avait souffert…

Kwendo apporta la lettre en main propre au grand Zorai, en lui disant qu’il devrait la lire au plus vite. La lettre ne comportait pas de sceau mais Wong reconnu tout de suite le papier que sa femme utilisait quand elle lui écrivait. Il ouvrit la lettre et commença a la lire

Mon tendre Wong,

Je suis de retour. Tu te demandes pourquoi je suis partie si vite. La veille de mon départ j’ai fais la connaissance d’un vieux Fyros nommé Zathus. Nous avons discuté pendant de longues heures de tout et de rien. Sans trop savoir pourquoi je lui ai raconté ma vie et je lui ai révélé que je ne me souvenais pas de mon passé. Il m’a écouté comme le fait un père avec sa fille. Il m’a expliqué qu’il était seigneur de l’esprit et qu’il existait un moyen de me faire retrouver la mémoire. Je devais aller au plus profond des entrailles d’Atys la ou selon lui toutes les questions trouvaient leurs réponses : le giron du grand dragon. J’ai d’abord pensé qu’il se moquait de moi, mais plus il m'en parlait, plus j’étais intéressée par son histoire, il proposait de me guider dans cette quête.

La nuit et la journée qui suivirent cette conversation je n’arrêtais pas à penser à tout se que ce voyage impliquait. Ne plus te voir, quitter mes amis et mes frères d'armes, ne plus défendre le désert, retrouver mon passé… Le soir j’allais le voir pour discuter encore. Il me parlait d’une voix rassurante il fit quelques gestes de mains, une lueur apparue au dessus de sa tête et je décidais de partir. Etait ce moi qui avait pris la décision ou lui… je n’en sais encore rien…

Une fois avoir emprunter la porte Sud de Pyr, je partis en direction du vortex de la porte des vents ou il m’avait donné rendez vous. Je m’arrêtais quelques minutes à l’entrée de la foret enflammée pour mettre pied a terre et ramasser une poignée de sciure que je mis dans une bourse. Je portais désormais sur moi trois souvenirs de ma vie passée : un portrait de mon mari, le blason de ma guilde et une poigné de sciure qui représentait le combat pour défendre le désert et le souvenir de mes amis. Chacun de ces souvenirs me donnerais la force et le courage de continuer ma quête jusqu’au bout pour avoir l’espoir de revenir un jour à mon ancienne vie.

Je repris la route en direction du vortex. De l’autre coté le vieux fyros m’y attendait… en sa compagnie j’ai exploré les primes supérieures de fond en comble… Le caractère de Zathus changea pendant le voyage, il devint de plus en plus capricieux, se souciant plus de sa personne que de ma quête, s’énervant au moindre imprévu et me rendant responsable de tout. Au début j’arrivais à lui tenir tête et à ne pas me laisser faire, mais par la suite cela devenait de moins en moins facile de lui résister…

Un soir au coin du feu, il m’avait envoyé un coup de pied dans le ventre car je ne lui avais pas ramené les racines qu’il voulait pour son dîner, il s’est approché de moi et m’a dit qu’il était temps pour moi de passer à la deuxième partie de ma quête. Il appelait l’oubli de l’ancien soi. Il m’ordonna de me mettre nue et d’aligner devant moi toutes mes possessions. Je m’exécutais et posais mon armure, mon épée, mes amplificateurs, mon sac a dos, mon portrait de toi, le blason des légions et la bourse remplit de sciure…

Il regarda mes affaires et me demanda ce qui avait le plus de valeur à mes yeux, je désignais le portrait, le blason et la bourse. Il me força à tout mettre au feu. Ca faisait plusieurs mois que je n’arrivais plus à dire non à ces ordre… Je regardais ton portrait, c’était sans doute la dernière fois que je voyais l’homin qui avait donné un sens à ma vie… et j’entendis ma voix lui répondre un non hésitant. Etonné par cette parole il me demanda de répéter ce que je venais de dire. Je pris une respiration et d’une voix un peu plus sure je rejetais. Il prit mon épée et me la mis sous la gorge ce fut son erreur… Il était loin d’être aussi habile avec une épée qu’avec les mots je réussi à le désarmer. L’instant d’après il commença à lancer un sort de magie neutralisante. Je lui donnais un violent coup d’épée sur l’épaule droite, cassant ainsi son incantation. Lorsque je vis son corps inanimé par terre, je venais d’apprendre la leçon la plus importante de ma vie : il ne sert a rien de fuir le présent quand on recherche des traces de son passé.

Je ne sais pas si le vieux Zathus s’en est sortit, mais je ne m’en soucis guère, l’important est qu’une fois encore je puisse m’endormir au creux de tes bras en contemplant un couché de soleil sur les hauteurs de Min-Cho.

Nynaeve Fei Hung